Xbox One

Machines Xbox One
Follow

Microsoft et Xbox One X sous tranquillisants pour la conférence pré-E3 2017

Microsoft et Xbox One X sous tranquillisants pour la conférence pré-E3 2017

Une chose est certaine, tout joueur un minimum passionné attendait cette conférence Microsoft avec impatience. Bien entendu, la version surboostée de la Xbox One, le Projet Scorpio était au centre de l’engouement. Malheureusement et comme nous le craignions, en dehors du énième étalage de chiffres à coups de 6 Teraflops et 4K dans tous les sens, le soft n’était pas franchement au rendez-vous.

Si l’avantage de la nouvelle Xbox One X (c’est son petit nom officiel) en terme purement technique est totalement indéniable, il n’en demeure pas moins que l’on en attendait bien plus en terme de softs, de jeux, le domaine de prédilection d’une société qui a fondé son business sur le logiciel. Mis à part le coup d’éclat de ce qui reste cependant un jeu multiplateforme, j’ai nommé Anthem de Bioware, rien n’a réellement mis en avant les fameux 6 teraflops de puissance de calcul brute de la Xbox One X qui débarquera le 7 novembre 2017 au tarif de 499$ (et certainement 499 €).

Forza Motorsport 7 était attendu. Il était bien présent mais n’a que peu donné la réelle mesure de l’avantage apporté par la nouvelle machine de la firme de Redmond. Graphiquement propre, les séquences in-game présentées à grand renfort de commentaires mettant en avant la 4K UDH à 60 fps ne ce sont pas vraiment montrées convaincantes. Saccades et vitesse d’animation a priori assez éloignée des sacro-saintes 60 images secondes étaient elles au rendez-vous. Il faudra voir sur le jeu final.

Le mot puissance revient pourtant tout au long des discours, mais jamais elle ne se sera véritablement illustrée. Les jeux de gros calibre, les bons gros titres first party n’étaient justement pas de la partie. Assassin’s Creed Origins présenté en première mondiale (mais pas en exclu, évidemment) a beau tenter de faire monter la mayonnaise, vos serviteurs tout autant que les personnes présentes dans l’assistance ont franchement eu du mal à montrer une quelconque excitation. Ce nouvel épisode retraçant la genèse de la caste des assassins durant la période hégémonique de l’Egypte antique ressemblait fortement à une adaptation du moteur de Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands. Et ce n’est pas l’utilisation de l’aigle largement mise en avant qui nous fera mentir tant celle-ci tient littéralement de celle du drone de ce même titre.

La suite de la conférence fera ensuite étalage de titres indés au potentiel parfois douteux et de softs en exclu temporaire de lancement, présents pour la plupart également sur Windows 10. Pas de quoi s’extasier, à moins que Minecraft en version 4K UHD génère en vous une quelconque montée d’adrénaline. On a franchement eu l’impression de se retrouver devant le catalogue d’une certaine Nintendo Switch. C’est d’ailleurs sans compter l’apparition de la machine du Big N dans le trailer de Minecraft. On croit rêver. Pêle-mêle on retrouve des titres comme Metro Exodus, la fameuse licence FPS/survie tueuse de configurations PC, Deep Rock Galactic et son look en polygones non-texturés qui rappelle les premières heures de la 3D. Mais également de la finesse et du zombie avec State of Decay 2, du MOBA avec The Darwin Project axé e-Sport qui n’a rien de sexy et j’en passe…

Arrive ensuite l’annonce en première mondiale de Dragon Ball FighterZ prévu pour début 2018. C’est punchy, jouable en 3vs3 mais on se demande bien à quoi servent les 6Tflops tant vantés pour du cell shading. C’est bien sûr sans compter sur le caractère absolument non-exclusif du titre, évidemment. On ne compte pas les présentations parfois limites (vive le clipping/popping…), à l’image du pourtant très bon Black Desert Online qui débarquera sur les machines de Microsoft en début d’année 2018 et déjà disponible sur PC.

Histoire de plomber toujours plus le rythme d’une conférence au moins aussi ennuyeuse que celle d’EA hier, Sea of Thieves, le nouveau titre de Rare s’est présenté longuement, tout en gameplay. Alliant batailles de pirates en mer, exploration sur terre ou dans les profondeurs des océans à la recherche de trésors engloutis, le titre a au moins le mérite de bénéficier d’un concept attirant. Toujours axé massivement multijoueur, ce Sea of Thieves apporte un peu de fraîcheur mais ne justifie semble-t-il pas non plus un investissement supplémentaire pour bénéficier d’une version je cite, « Xbox One X Enhanced ».

Le bal des jeux indés reprend finalement de plus belle, proposant du plateformer 3D avec Super Lucky’s Tale ou du jeu à concept si cher à nos vaillants développeurs freelance, comme par exemple Cuphead et son style cartoon des années 50 tant dans les graphismes que dans l’animation. Life is Strange Before the Storm Episode 1 to 3 fait une petite apparition au milieu de cette foultitude de petits jeux, au même titre que Middle Earth Shadow of War et son monde ouvert qui reste appétissant et nous a fait profiter de pas mal de phases de gameplay. Crackdown 3 fait également une apparition dans une présentation assez peu digne de ce qu’on espérait pour un titre annoncé il y a des années.

Ori fait également son retour avec Ori and the Will of the Wisps avec une présentation bien amenée qui m’a personnellement sorti de ma torpeur, sur un petit fond musical de bon ton, avec en prime le compositeur des musiques du titre en live au piano. Un peu de poésie au milieu des grosses pétoires et des zombies, ça fait du bien.

On passera sur le moment le plus gênant de cette conférence pré-E3 Microsoft cuvée 2017 qui a généré plus d’applause de la part du public que la présentation des titres précédents censés mettre en avant la Xbox One X : la mise en chantier du Xbox Backward Compatibility Program pour la ludothèque Xbox. Oui, en termes d’annonce bien grasse, on s’attendait à mieux. Phil Spencer glisse cependant au passage une petite volée de titres qui bénéficieront d’un patch gratuit leur permettant de tourner en 4K UHD. Parmi eux, on pourra noter Forza Horizon 3, Gears of War 4, Final Fantasy XV, Resident Evil 7 ou encore Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands.

Fort heureusement, EA et le nouveau Bioware, Anthem, étaient là pour redonner du chien à cette conférence. Techniquement énorme, graphiquement éblouissant, ce nouveau titre semble être ce que Mass Effect Andromeda aurait dû proposer. Avec son monde ouvert somptueux, ses armures/exosquelettes au look d’enfer et son aspect multijoueur plus que prononcé, Anthem semble promettre de belles heures de jeu. Si le titre sera également multiplateforme, la version présentée tournait a priori sur Xbox One X et permettait enfin de pousser un petit « Wow ! » de circonstance.

Au final, rien ou presque dans cette conférence n’a su mettre en avant comme il se doit la surpuissance tant mise en avant sur le papier de la nouvelle Xbox One X. Tout cela manque clairement d’une donnée essentielle : du gros jeu qui justifierait à lui seul l’achat d’une machine cataloguée haut de gamme par ses géniteurs. Le wait and see reste donc plus que jamais de rigueur. On notera au passage la baisse de prix effective de la Xbox One S dès demain, à 249$/249€ de manière officielle, hors offres promotionnelles déjà en place chez certains revendeurs.

Gamer depuis presque 30 ans, sa passion pour le jeu vidéo demeure pourtant intacte. Touche à tout et ouvert, il a néanmoins toujours un faible pour l’univers de Nintendo, entre nostalgie des glorieuses années passées et marasme des dernières générations ! Jonglant entre Warhammer 40,000 Dawn of War III sur PC et NieR Automata sur PS4, il attend avec impatience l’arrivée de Tekken 7, Wipeout Omega et Micro Machines World Series sur PlayStation 4… En attendant les parties avec Michel sur Destiny 2 !

Lost Password

Sign Up