Mémoires d’un gamer journaliste : Chapitre 5 – Tous les aspects du métier

Mémoires d’un gamer journaliste : Chapitre 5 – Tous les aspects du métier

Au chapitre dernier, en fouillant dans les tréfonds de ma mémoire, j’ai tenté de vous narrer mes débuts dans la presse jeu vidéo et la découverte d’un certain monde du travail alors que j’étais encore adolescent. L’apprentissage de la vie par l’expérience et de manière totalement autodidacte aura toujours dirigé ma vie même si, sans doute avec cette éducation toute asiatique, il me fallait poursuivre des études.

Ainsi de 1987 alors encore lycéen jusqu’en 1991, j’ai appris sur le tas à travailler dans la presse magazine spécialisée, à rédiger de manière plus structuré, à être ponctuel, bref à être un professionnel. A bien y réfléchir découvrir le monde du travail à 16 ans m’a fait voir mon avenir très différemment et a plus que probablement forgé ma personnalité. Mais cette expérience acquise dans cette réalité d’adulte aura également fortement impacté ma vie de lycéen me conduisant à faire le grand chelem au lycée moi qui était premier de la classe à tel point qu’il m’a fallu arrêter un an sous la menace des parents afin de passer mon bac.

Mon retour n’en sera que plus marquant pour moi. Honnêtement, lorsque j’ai arrêté, je ne pensais pas pouvoir reprendre dans ce milieu. Je ne savais même pas si j’en avais envie. Si ma passion pour le jeu vidéo ne s’était pas vraiment essoufflée, il fallait bien se rendre à l’évidence qu’à cette époque, travailler dans le jeu vidéo n’était pas considéré comme un plan de carrière, tout juste un hobby. Et cela allait encore durer une bonne décennie.

Et vous allez rire. Mon retour se fera encore suite à une visite à un salon de jeu vidéo :D. Cette fois-ci, il s’agit du salon Supergames de 1992 au CNIT de la Défense. Après le Festival de la Micro de 1987 qui m’a fait remporter un concours et ouvert les portes de la presse, j’avais continué à écumer les salons de jeux vidéo et d’informatique. J’allais même traîner dans des salons professionnels comme le SICOB (Salon des industries et du commerce de bureau) compte tenu de ma curiosité naissante sur toutes les nouvelles technologiques et tout ce qui avait un rapport avec l’informatique. De cette époque j’ai gardé mon goût pour les technologies de toutes sortes, leur impact sur nos vies, sur l’avenir d’où mon côté veille technologique qui ne transparaît toutefois que peu dans mon métier sur Playscope.

C’est donc lors du Supergames de 1992 que mon retour dans la presse s’annonçait. Lors de ma visite, je suis tombé sur le stand de Pressimage, groupe de presse qui publiait un des magazines que je suivais depuis le numéro 1, Génération 4. Si Tilt a été le précurseur, les années suivantes ont vu une compétition entre Joystick et Génération 4. Un peu au culot, j’ai interpellé une personne sur le stand et demandé s’ils ne cherchaient pas de pigiste/rédacteur par le plus grand des hasards. Et le hasard fit encore bien les choses pour moi. Pressimage venait de lancer 2 magazines consoles, Banzai dédié à Nintendo et Supersonic dédié à Sega, un des anciens membres de l’équipe de Génération 4 avait switché et je l’avais juste devant les yeux. Ils cherchaient donc du monde pour compléter l’équipe. Sans doute parce que je n’étais pas totalement un newbie, je fus accepté assez rapidement et commença dans la foulée à travailler dans le mag à partir du numéro 48.

Si les premiers magazines m’ont fait découvrir le travail à distance, avec Génération 4, j’ai découvert le monde du travail en entreprise car, du temps, j’en ai passé sur place. C’était devenu ma seconde maison et bien souvent, au lieu d’être en amphi à la fac, j’étais à la rédaction à tester ou rédiger. C’est aussi grâce à ma présence que mon intégration dans l’équipe s’est faite plus facilement. Si, sur le papier, j’étais toujours un pigiste indépendant, en réalité, j’étais plutôt un vrai membre de l’équipe à tel point que lorsque le magazine engagea un dessinateur pour nous croquer, je fis partie des personnages – un kamikaze en kimono de karatéka et un bandana, allez savoir pourquoi ;).

Par contre n’allait pas croire que Génération 4 se situait dans des locaux ultramodernes et futuristes. La rédaction comme celle de Banzai, Supersonic et ST Mag était cloitré dans une sorte de sous-sol sans fenêtre et la salle de test était en fait à côté de la chaufferie. Y’a plus sexy n’est-ce pas? C’était roots quoi. Mais l’ambiance était là. On avait tous nos préférences et nos spécialités. Ainsi, très vite, je me suis retrouvé comme le spécialiste Amiga tentant de défendre cette machine et ses jeux face au reste de l’équipe obsédée par le PC. Il est vrai que l’arrivée de machines plus puissantes et du mode VGA donnaient aux jeux PC un look bien plus riche permettant aux développeurs de tenter des sujets différentes, plus adultes, bref, plus uniquement les énièmes jeux typé arcade qu’on trouvait sur consoles et indirectement sur Amiga et Atari ST également.

Avec Génération 4 j’ai découvert tous les aspects de la publication et de l’édition de magazines. Si précédemment je me contentais de jouer, écrire un article et le rendre, à Génération 4 j’ai pu participer à la quasi totalité des étapes. Les plus jeunes d’entre vous qui ne connaissent que le web ne peuvent sans doute pas imaginer le travail et l’équipe qu’un magazine requiert avec une flopée d’impératifs en tous genres à gérer : date de bouclage, flashage, impression, etc. Même si je n’étais que simple rédacteur, ma présence m’a permis de voir comment gérer, par exemple, les relations avec les éditeurs et les galères potentiels comme la gestion de l’arrivée des versions de jeu et divers problématiques techniques.

C’est aussi à cette époque que j’ai commencé à bien suivre les technologies dans le monde de l’image et de la vidéo ou encore des systèmes de capture. Tout cela m’a permis par la suite de devenir un spécialiste dans ce domaine et d’avoir fait de Playscope un média très typé vidéo en apprenant en autodidacte tous les aspects de la production vidéo. Playscope fut par la suite le premier média à proposer des vidéos en résolution toujours supérieure à la moyenne de l’époque. On a été aussi les premiers à proposer du 720p sur PS3 puis à passer au 1080p puis au 4K. Mais je reviendrais sur ces aspects là dans un futur chapitre car il y a quelques anecdotes amusantes 😉

Etre plus intégré à une équipe permettait également de s’éclater à nos heures perdues. Ainsi certains titres ont marqué la rédaction de méga fou rires et autres exclamations. Ainsi, Kick Off puis Sensible Soccer ont accaparé les membres de la rédaction dans des matchs endiablés. Votre serviteur était le meilleur évidemment (même si je suis sûr que les autres membres de l’équipe me contrediront s’ils me lisaient maintenant ^_^). Je connaissais tellement bien Sensible Soccer que j’avais été chargé d’écrire un booklet d’astuces sur les méthodes pour marquer les buts. D’autres jeux auront marqué la rédaction comme Skidmarks, un jeu de course en vue isométrique. On se sera tapé de sacrées poilades sur ce jeu pourtant si simple, descendant direct du célèbre Championship Sprint. Par la suite, les membres des différentes équipes se sont emballés sur des titres comme Bomberman et le début des titres PC en LAN comme Hexen, Duke Nukem 3D ou encore les RTS comme Command & Conquer.

C’est aussi à Génération 4 que j’ai pu découvrir les fameux press tour. Celui qui m’aura marqué a été un trip à Dallas pour aller visiter l’équipe de 3D Realms qui nous montrait plusieurs mois avant sa sortie un certain Duke Nukem 3D. A l’époque, depuis l’avènement de Wolfenstein 3D et surtout de Doom, pas un numéro de Gén 4 ne pouvait échapper à un énième FPS. A la longue, j’en avais personnellement marre surtout que l’argumentaire était toujours « nous on a ce gun en plus » ou encore « notre arsenal est plus important ». Il faut bien avouer que depuis, les choses qu’ont guère changé dans ce genre ;). Toujours est-il que partir à l’autre bout du monde au pays des cowboys avec 3 anglais (dont deux que je retrouverais plus tard dans d’autres circonstances) était une expérience étonnante. A cette époque, même si j’avais déjà une certaine idée du fonctionnement du côté éditeur/développeur, voir les texans de 3D Realms dans leur contexte de travail a été surprenant. Imaginez 4 européens un minimum sapé correctement arriver dans les bureaux et rencontrer les 2 boss de l’époque l’un arrivant en jean basket et l’autre carrément en short sandale :D. Et lorsqu’on est parti déjeuner, voir le parking de la société avec un sacré panel de voitures plutôt luxueuses voire de sport. C’est là que j’ai vraiment réalisé que cette industrie devait vraiment brasser un sacré paquet d’argent d’autant plus que 3D Realms a connu son succès grâce au principe du shareware (euh les jeuns, allez voir wikipédia pour une explication de ce terme. J’ai la flemme de vous l’expliquer).

Quelques anecdotes au sujet de ce press tour et de Duke Nukem 3D. Je me souviens être rentré à Paris en clamant haut et fort au reste de l’équipe qu’on pouvait tous oublier Doom. Pour la première fois, on pouvait distinguer différents lieux du jeu et non juste un agencement de salles sans personnalité. On pouvait, lors des matchs en réseau, annoncer qu’on allait défoncer quelqu’un dans la salle de cinéma par exemple. L’autre anecdote concerne la couverture. N’ayant pas pu récupérer le fichier lorsque j’y étais, 3D Realms m’avait annoncé qu’ils allaient me l’envoyer via BBS de mémoire. L’image de couverture faisait une quarantaine de mégas. De nos jours, le fichier arriverait en quelques secondes mais en 1995, imaginez le temps nécessaire 😉 Autre détail qui va faire rigoler ceux qui utilisent Photoshop. Afin de préparer le fichier pour la maquette et la mise en page, je devais passer l’image en CMJN. Sur un Mac puissant de l’époque, ce traitement sur l’image d’une quarantaine de Mo prenait 45 bonnes minutes. Autant vous dire que j’ai lancé le traitement et je suis allé déjeuner 😀 Enfin, dernière petite anecdote, lors de ce press tour, 3D Realms nous avait gratifié des toutes premières démos tournantes d’un moteur et d’un projet sur lequel il bossait depuis quelques temps. Cela s’appelait… Prey. Le jeu finira par sortir qu’en 2006… Sacrée arlésienne.

Autre souvenir de cette époque. Génération 4 et la FNAC organisaient les 4 D’or sorte d’oscars du jeu vidéo en France. Une année, les partenaires avaient mis le paquet et organisé la cérémonie dans le parc Eurodisneyland relativement jeune à l’époque puisque récemment ouvert. Toute l’industrie avait été invité aussi bien française qu’européenne et américaine. Mon grand souvenir aura été d’être monté sur scène devant toute l’industrie moi qui, comme nombre de membre des rédactions étions surtout des gens dans l’ombre. Ce fut sans aucun doute la plus grosse cérémonie organisée dans l’histoire du jeu vidéo en France.

Bref, Génération 4 a été formateur et j’y suis resté finalement jusqu’en 1995. Même pendant mon service militaire, j’allais à la rédaction en sortant de la caserne dès que je le pouvais. Il est vrai qu’entre le fort neuf de Vincennes et la rédaction à Montreuil, il n’y avait que 5 minutes en voiture. Mais c’est aussi à cette époque là que j’ai commencé à bifurquer vers le monde console que j’avais délaissé depuis l’ère des Atari VCS 2600 et autres Colecovision ou Intellivision. Mon frère ayant intégré l’équipe de Banzai/Supersonic, on avait déjà investi dans la SNES et la Megadrive. Mais histoire de rattraper ma culture vidéoludique console, j’avais aussi investi sur la 3DO devenant ainsi le seul pigiste à l’époque à la rédaction pouvant tester les jeux chez lui. Autant dire que mon investissement a été rentabilisé dès le numéro suivant du magazine puisque j’avais récupéré tous les tests dont un jeu de baston pourri nommé Way of the Warrior, un sous Mortal Kombat injouable, développé par une équipe qui fera parler de lui des années après… Naughty Dog. Très rapidement, j’ai investi dans une nouvelle machine nommée PlayStation d’une petite société nommée Sony et la Saturn de Sega. Bien m’en a pris car ces investissements et donc les connaissances acquises me servirent par la suite après mon départ de la rédaction de Génération 4 finalement trop focalisé à mon goût sur le monde micro et plus particulièrement PC suite à la chute des Atari ST et Amiga. Mais cela est pour le prochain chapitre.

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Côté jeux, il monte ses trois gardiens sur Destiny 2 et se prépare pour divers jeux de course comme Project Cars 2 et GT Sport.

Lost Password

Sign Up