Mario Kart 8 Deluxe – Une autre idée du luxe

Switch Tests

Les courses endiablées, enrichies en projections de peaux de bananes et carapaces n'auront pas attendues bien longtemps pour régaler des possesseurs de Switch en mal de triple A. S'il va ravir à coup sûr les papilles des nouveau venus, cette cuvée 2017 de Mario Kart risque pourtant de laisser un goût un tantinet amer dans la bouche des vétérans de la version WiiU.

C’est sans doute pour faire oublier les ruptures de stock et le catalogue famélique de la Switch que Nintendo livre moins de deux mois après la sortie de la portable de salon un nouvel épisode de Mario Kart. Pas de surprise. Comme son titre l’indique si bien, ce Mario Kart 8 Deluxe s’avère être – dans les grandes lignes – un portage du huitième opus sorti en 2014 sur Wii U. Une repompe certes mais qui a la bonne idée d’incorporer le contenu prodigué par les deux DLC Animal Crossing et The Legend of Zelda parus la même année, ainsi que quelques autres mignardises. Offrant du coup un contenu généreux, ce titre totalise 5 championnats (50 à 200CC et miroir) praticables en solo ou en multi local, 12 coupes, 48 circuits inédits ou hérités des versions précédentes, 42 pilotes (soit six persos de plus) et une kyrielle d’éléments pour « personnaliser » les kart et motos. Pas question de perdre son temps sur le solo, l’ensemble des championnats et circuits est disponible dès le lancement du jeu. Une bonne raison pour se jeter d’emblée dans l’enfer des courses en multijoueur.

Les années et les versions passent, mais depuis son arrivée sur SNES, il y a vingt-cinq ans, le principe de Mario Kart n’a pas bougé d’un iota. Le titre invite toujours une kyrielle de personnages issus des aventures des frangins Mario – mais aussi de The Legend of Zelda, Splatoon et Animal Crossing – à participer à des courses survitaminées sur des circuits foisonnants de loopings et de portions aquatiques ou renversantes. Aux commandes d’un kart ou d’une moto, le titre oblige à emprunter des tremplins et accélérateurs pour foncer à travers des raccourcis afin de grappiller quelques dixièmes de secondes d’avance ou rattraper un peloton de tête. Comme dans Mario Kart 8, il faut user et abuser des dérapages turbo et employer une kyrielle d’objets bonus, offensifs ou défensifs, placés sur la piste. Pas évident de rester en première place quand tout au long de la course les adversaires nous collent aux basques tout en nous arrosant de tirs de carapaces, et en exploitant de nombreux autres items bien sournois. A l’image du fantôme ! Cet objet bonus enterré à l’époque de Mario Kart Wii offre de subtiliser un item à un concurrent, tout en offrant une invisibilité temporaire à son utilisateur. Signalons aussi le retour de la plume qui offre d’effectuer une pirouette aérienne pour éviter un tir de carapace verte ou passer au dessus d’un obstacle. Un item qui s’avère rudement indispensable lors des batailles en multijoueur dont c’est le grand retour !

Avec Mario Kart 8, Nintendo avait un peu fait le service minimum en matière de modes multijoueur. Si les courses en multi étaient bien de la partie, le mode Battle souffrait en revanche de très grosses lacunes… pour rester poli. Cette édition Deluxe propose des courses toujours aussi fun et démentes, et elle intègre aussi quelques modes battle jouables en ligne ou en local dignes de ce nom. En sus du bon vieux deathmatch (Bataille de Ballons), on retrouve quatre autres autres modes (Traque sur la Piste, Capture de Soleil, Batailles de Pièces et Bob-Ombs à Gogo) pratiquables en équipe ou en individuel, qui se déroulent dans huit arènes dédiées et non plus sur des circuits ou sur de vulgaires tronçons. Un très bon point pour ce Mario Kart 8 Deluxe, qui parvient sur ce point à se démarquer clairement de son prédécesseur !

Côté réalisation en revanche, Mario Kart 8 Deluxe peine à dépareiller. En dehors de temps de chargements plus rapides, cette mouture Switch semble être l’exacte réplique de la version Wii U. Les environnements ne sont pas plus riches et cette mouture Switch n’offre pas des effets de lumières ou de particules améliorés, ni même des textures « HD » affinées. Dans les deux cas, les deux versions souffrent d’un léger aliasing – le plus généralement en bordure de piste – qui n’enlaidit pas pour autant les graphismes colorés et acidulés de Mario Kart 8. La Switch n’inflige donc pas un KO technique à la Wii U puisque l’animation s’avère aussi fluide dans les deux cas du moins en « solo », car en multijoueur à quatre en écran splitté la Wii U est poussée dans ses derniers retranchements. La principale nouveauté en terme de réalisation réside plutôt du côté de la maniabilité. Le jeu se voulant plus accessible aux plus jeunes il propose une conduite assistée. Comprenez par là que le titre épargne les hors pistes et tremplins trop risqués, et redirige le jeune conducteur ou néophyte sur la voie la plus appropriée. Sympa.

Disons le franchement, cette mouture Switch de Mario Kart 8 relevant de la mise à jour et de la simple conversion, elle n’a rien de révolutionnaire. Tout aussi sympathique que l’originale, elle offre pourtant quelques modes Battle qui faisaient grandement défaut au huitième opus. Si vous avez déjà la version Wii U, attendez plutôt la sortie du jeu en gamme budget pour craquer sans regrets.

Good

  • Un contenu assez riche
  • Des modes Battle jouables en ligne comme en écran splitté
  • Joli, fluide, nerveux, accessible

Bad

  • C'est cher payé l'adaptation d'un jeu Wii U sorti en 2014
  • Une maniabilité en mode tablette pas très confortable
  • L'autonomie de la Switch
8

Super

Parisien, ex-journaliste et ex-globe-trotter mais toujours papa, passionné, joueur, collectionneur, technophile et nostalgeek. LIFE IS SHORT PLAY MORE
Average User Rating
10
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up