Portal Knights – Bloc party

Jeux PC PS4 PS4 Pro Tests Xbox One

L’association d’un mage, d’un archer et d’un chevalier ne date pas d’hier. En 2009, le studio finlandais Frozenbyte livrait un jeu d’action/plateforme intitulé Trine, qui réunissait le même genre de trio de héros, cette fois là complémentaires. Graphiquement somptueux, le jeu profitait d’une gestion de la physique hyper poussée… Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Portal Knights. Ce bac à sable mâtiné d’action/RPG en 3D, sorti huit ans plus tard, s’apparente davantage à une sorte de repompe médiévale de Minecraft affublée d’une gestion de la physique minimaliste, pour ne pas dire inexistante. En solo le titre offre de choisir son avatar parmi l’une des trois classes citée plus haut afin de se lancer dans une quête pour le moins répétitive. Jugez plutôt. Durant une quarantaine de niveaux on décime des monstres à la chaîne pour looter sur leurs cadavres des items/ingrédients et surtout des fragments de pierres magiques servant à activer un portail menant vers le niveau suivant. Parfois dissimulée au fin fond d’une oubliette, cette issue est généralement bien visible, gardée par des détachements d’ennemis féroces mais pas trop futés !

Le héros que l’on contrôle – dans mon cas le mage – possède une panoplie d’actions rudimentaire. Il peut attaquer avec sa baguette, sauter, « esquiver » et cibler un ennemi. La prise en main se veut simple et efficace, pourtant, dans le feu de l’action, elle s’avère simpliste et un chouïa lourdingue notamment de par un certain manque de réactivité. Pas de panique, le bestiaire contrôlés par l’IA est idiot ! Ainsi les ennemis obéissent aveuglément à une séquence de scripts, ils cherchent à venir le plus souvent au contact de notre avatar et ils s’aventurent rarement trop loin de leur zone de de patrouille… Même en plein combat. Difficile de faire plus prévisible ! Mais mieux vaut rester sur ses gardes ! Il n’est pas rare de devoir reprendre un niveau depuis le début après s’être fait one-shooté impitoyablement par un ennemi sur lequel on est tombé par hasard ou tandis qu’on était trop occupé à s’acharner sur un autre adversaire.

Bien que l’on croise parfois la route de rares PNJ porteurs de quête, Portal Knights fait avant tout la part belle au crafting. Il est possible de récupérer différentes sortes d’ingrédients, de composants et de plans (sur les ennemis ou dans les décors) pour fabriquer des décoctions, de l’équipement voire aussi du mobilier. S’inspirant très largement de Minecraft, le titre permet au joueur d’être tout aussi créatif. On peut notamment perdre son temps pour construire une base et creuser l’environnement à sa guise afin d’extraire toutes sortes de blocs de pierres, de minerais. Voilà qui devrait plaire à coup sûr aux inconditionnels du genre… Ou plutôt de Minecraft. Car c’est bien à eux seuls et à leurs rétines accoutumées aux environnements cubiques que s’adresse ce titre développé par les teutons de chez Keen Games.

La réalisation est un peu à l’image des héros mignonne, mais très loin de répondre aux standards actuels. Les aires de jeu sont constitués de clairières, de jungles équatoriales, de montagnes semblables à des pyramides à degré mais qui voient leurs formes cubiques parfois atténuée par une « épaisse » végétation. Ce titre tire heureusement davantage parti des capacités des machines modernes (et notamment de de la PS4 ayant servie au test) en exploitant une palette de couleurs plus riche et en offrant un rendu moins pixelisé et des ennemis plus détaillés. Si l’on pardonne à ce jeu sa réalisation volontairement dépouillée, difficile en revanche de trouver du charme aux problèmes qui frappe l’IA. Bloqué par un élément du décor, l’ennemi cesse de nous poursuivre et repart tranquillement à sa place d’origine en prenant soin – bien sûr – de restaurer son énergie. Difficile aussi de ne pas pester contre la gestion de la caméra. Si un effet de transparence tente d’offrir une visibilité optimale, en estompant les éléments du décor qui peuvent squatter le premier plan, il le fait parfois maladroitement. En pleine rixe dans une jungle, le jeu va ainsi appliquer un effet de transparence sur le tronc d’un palmier… Et non sur les maudites feuilles qui plombent la visibilité. Donnant ainsi l’occasion à un détachement d’ennemis de nous faire rapidement la peau. Frustrant !

Pas vraiment attendu, ni espéré, Portal Knights est en définitive un petit mix de action/RPG/bac à sable mignon quoi qu’imparfait. En effet, plombé par des mécaniques de jeu exaspérantes car mal rodées, cette repompe de Minecraft souffre de sa répétitivité et d’irritants soucis techniques dans sa réalisation. Sympathique mais franchement dispensable.

Good

  • Prise en main assez rapide
  • De l’artisanat en veux-tu en voilà !
  • Plus joli que Minecraft… oui je vois rien d’autre

Bad

  • Trop répétitif
  • L’IA aux fraises
  • Le manque de visibilité sur l’action En vue à la troisième personne
5.5

Moyen

Parisien, ex-journaliste et ex-globe-trotter mais toujours papa, passionné, joueur, collectionneur, technophile et nostalgeek. LIFE IS SHORT PLAY MORE
Average User Rating
6
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up