Titanfall 2 – Le véritable début ?

PC PS4 Tests Xbox One

Le premier volet a connu une vie mouvementée après un lancement exclusif sur les machines Microsoft et un contenu quelque peu étonnant pour une toute nouvelle franchise. En effet, Titanfall manquait complètement de mode solo et l'aspect multijoueur avait été un brin chaotique.

A l’époque je n’avais vraiment pas compris la logique de Respawn. Sans doute trop omnibulé par le multijoueur – d’ailleurs je trouve que trop de développeurs font du multijoueur même lorsque cela n’a pas de sens à part satisfaire les demandes du marketing – Titanfall n’avait pas eu de campagne solo. Pourtant, il fallait poser les bases de son univers. Et même si les parties multijoueur avaient un semblant de scénario, il était difficile d’y plonger aisément.

titanfall2_sbscreens_0020

Il semblerait donc que la leçon fût apprise (pourtant si évidente…). Titanfall 2 a bel et bien une campagne solo et ce test se focalise dessus. En finissant cette campagne, difficile de ne pas penser que c’est exactement ce qui manquait au premier épisode. L’intrigue se concentre sur la relation entre vous, jeune pilote et un titan, un mecha avec une IA bien trempée. En progressant dans l’aventure, on ne peut s’empêcher de penser à un buddy movie alors que le duo du moment tente de terminer une mission entamée par le précédent pilote mort dans vos bras. Et même si en tant que pilote et joueur, vous êtes le héros du jeu, dans le contexte du scénario on peut se demander parfois qui de vous ou du titan est le sidekick. Respawn a réussi à ajouter un brin de relation entre les deux personnages que vous contrôlez via quelques simples dialogues. Cela permet de découvrir leur personnalité et la répartie assez spirituelle du titan le rendant attachant.

titanfall2_testscreens_0083

L’action tout au long de l’intrigue est assez variée. On alterne entre un FPS classique en tant que pilote et les séquences à bord du titan, FPS également mais avec un gameplay un peu différent, certains diront un peu plus bourrin. Dans les deux cas, on sent bien que Respawn composé par des anciens d’Infinity Ward maîtrise le genre. Le gameplay est solide et vraiment plaisant. On se prend aisément au jeu à se balader dans des décors soignés tout en vidant les chargeurs sur les nombreux ennemis. L’un des niveaux les plus marquants nous fait alterner entre deux états d’un même lieu (sorte de voyage dans le temps instantané) afin de pouvoir progresser. C’est original et prenant. Dommage que le concept ne soit pas plus utilisé tout au long de l’aventure. Dans l’ensemble, la campagne solo est immersif et offre une bonne variété de situations. Par contre si vous espérez des dizaines d’heures de jeu, vous pourrez toujours rêver. A l’instar de ses concurrents Call of Duty ou Battlefield, le solo se termine en 6-8 heures pour qui prend son temps. Les spécialistes du FPS le termineront sans doute plus rapidement.

La nouveauté qu’avait apporté Titanfall se retrouve dans ici également. En effet, son côté FPS avec les courses sur les murs font partie intégrante du gameplay. Si vous êtes fâché avec les jeux de plateforme, cela pourrait vous rebuter mais honnêtement, la maniabilité est bien réglée et on s’y fait assez rapidement. Cet aspect virevoltant amène une approche parfois spectaculaire qui prend tout son sens en multijoueur où son utilisation couplée avec un grappin permet des enchaînements dévastateurs pour qui maîtrise.

titanfall2_testscreens_0048

Si le solo est une sorte de mise en bouche, le coeur du jeu reste le multijoueur au contenu nettement plus important et à la durée de vie évidemment indéfini pour qui aime fragger. Les nombreux modes permettront de trouver son bonheur. Avec ou sans titan, la majorité des modes sont classiques mais offrent un bon contexte de fight. Et si cela ne vous suffit pas, Respawn a déjà annoncé qu’il n’y aurait pas de DLC et que toutes les mises à jour seront gratuites avec du nouveau contenu. Une bonne nouvelle qui pourrait maintenir la communauté active et peut-être même rameuter des joueurs sur la durée. Avec son gameplay très rapide, son côté acrobatie à enchaînements, Titanfall 2 peut sans doute rebuter les débutants. Il est vrai que les premières parties pourront être frustrants, le gap séparant les newbies des experts s’avérant important. Heureusement, son système de récompense rend le jeu en ligne plutôt addictif puisque même dans la défaite on a toujours l’impression de gagner quelque chose et de progresser.

titanfall2_testscreens_0003

Techniquement, Titanfall 2 est solide mais pas bluffant. Si par moments on peut déceler un moteur graphique vieillissant, le travail des graphistes et la direction artistique parviennent à compenser. L’aspect très mécanique de l’univers du jeu permet en effet de cacher certaines faiblesses du moteur. Il est toutefois à noter que dans les niveaux avec des environnements dans la nature, les graphistes ont fait un sacré boulot. Comme quoi, un vieil outil bien maîtrisé vaut bien souvent plus que la dernière technologie mal domptée. Les possesseurs de PS4 Pro gagneront en qualité visuelle avec plus de finesse que ce soit sur un écran Full HD ou 4K UHD. Evidemment, dans ce dernier cas, la montée en résolution est un petit plaisir pour les yeux même si le jeu ne tourne pas nativement en 4K UHD. Côté son, rien à signaler également de ce côté là. C’est du solide avec d’excellents bruitages et de bons acteurs assurant les voix. J’avoue avoir été, par contre, déçu par la voie d’un des personnages dans sa version française assurée par Joey Starr. Ca ne colle tout simplement pas.

titanfall2_testscreens_0052

Au final, Titanfall 2 mérite votre attention. Sa date de sortie que tout le monde a jugé très mal placée – entre celles de Battlefield 1 et Call of Duty Infinite Warfare – aura incontestablement un mauvais impact sur les ventes. Pourtant, beaucoup risquent de passer à côté d’un des rares FPS un tant soit peut innovant dans son genre. Ce serait fort dommage.

 

8.5

Super

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Côté jeux, il monte ses trois gardiens sur Destiny 2 et se prépare pour divers jeux de course comme Project Cars 2 et GT Sport.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
8.3
5 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up