Torment Tides of Numenera joue les nécromanciens vidéoludiques

PC PS4 PS4 Pro Tests Xbox One

Si le nom de Brian Fargo vous parle, entre autres, vous pouvez déjà potentiellement être la cible de Torment Tides of Numenera. Si l'Apple II correspond pour vous au premier ordinateur personnel démocratisé entre 1977 et 1988 (hé oui…) et pas à un diminutif d'un épisode de la série American Pie, vous pouvez vous sentir un peu plus concerné. Dans le cas contraire, vous pouvez raisonnablement vous abstenir.

Car Torment Tides of Numenera a beau être le bébé d’un studio – inXile – fondé par des vieux briscards du jeu de rôle textuel, proche des jeux de rôle sur plateau et autres livres dont vous êtes le héros, ou encore être devenu le projet de jeu vidéo le plus subventionné sur Kickstarter – le roi du crowfunding – avec 4 188 927 $ mobilisés par plus de 74 000 donateurs, il n’en demeure pas moins anachronique et bourré de défauts. En effet, si certains genres se sont éteints, le RPG tournant sur les ordinateurs d’antan, il y a parfois une raison toute simple : l’obsolescence totale de leurs concepts. Et Torment Tides of Numenera en fait partie. Passer son temps à lire des tonnes de textes pour au final choisir entre plusieurs réponses influant sur le déroulement de la suite d’un dialogue n’est plus trop d’actualité. D’autant que la majeure partie du temps, ce flot continu de mots décrit en détail ce que l’on peut exposer au joueur en cinématique in-game courte et concise. Quand d’entrée de jeu, la chute de votre personnage dans le vide représente quelques pages d’un livre de poche, le tout sur un fond noir sans aucune animation, le « jeu vidéo » se voit amputé d’une bonne moitié de son essence !

Au-delà de cet aspect textuel, qui colle certes à celui de la lignée dont il se revendique, l’aspect technique et graphique se paient le luxe de ne pas être à la hauteur des machines d’aujourd’hui malgré l’utilisation du moteur Unity. Techniquement désuet, avec un aspect visuel allant plutôt lorgner vers un Baldur’s Gate ou un Fallout premier du nom, on se demande bien à quoi ont pu être employés les millions récoltés, autrement qu’à l’écriture du scénario, des textes et du background il est vrai réellement impressionnant. Un input lag horripilant et d’importantes saccades se font sentir lors des phases de déplacement ou de combat, achevant ainsi l’envie d’avancer plus loin dans ce Torment Tides of Numenera.

En clair, à moins d’être un pur nostalgique des RPG textuels d’antan et de l’Apple II en général, de n’être de surcroît pas très regardant sur une technique carrément aux fraises et des graphismes sans grand génie, nous vous recommandons clairement de passer votre chemin, même à petit prix. À trop vouloir rester enfermé dans un genre disparu depuis pas mal d’années maintenant, Torment Tides of Numenera en a oublié d’apporter la petite touche de modernité qui lui aurait permis de convaincre.

Good

  • Un scénario dense pour les adeptes

Bad

  • Une réalisation anachronique
  • Des lenteurs inadmissibles
  • Que de longueurs…
4

Médiocre

Gamer depuis presque 30 ans, sa passion pour le jeu vidéo demeure pourtant intacte. Touche à tout et ouvert, il a néanmoins toujours un faible pour l’univers de Nintendo, entre nostalgie des glorieuses années passées et marasme des dernières générations ! Jonglant entre Warhammer 40,000 Dawn of War III sur PC et NieR Automata sur PS4, il attend avec impatience l’arrivée de Tekken 7, Wipeout Omega et Micro Machines World Series sur PlayStation 4… En attendant les parties avec Michel sur Destiny 2 !

Average User Rating
0
0 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up