World of Final Fantasy fait dans le fan service tous azimuts

PS Vita PS4 Tests

C’est une certitude implacable, World of Final Fantasy fait tout pour plaire aux fans de la série éponyme de Square(Enix). Avec ses personnages emblématiques tirés des différents volets, son style résolument rétro et son système de jeu, il résonnera aux oreilles des fans des JRPG de la firme tel le chant des sirènes à celles des marins. Voyons cela plus en détail !

Tout d’abord, World of Final Fantasy charme par ses graphismes chatoyants et ses personnages mignons à souhait, modélisés en SD ou Super Deformed, comme à l’époque pré-3D. Lann et Reynn, les deux jumeaux héros de ce titre à part peuvent quant à eux prendre une taille plus conventionnelle. Le chara-design de Tetsuya Nomura ressort alors de façon limpide, on reconnaît clairement son style. Côté graphismes, si parfois les textures sont bâclées et versent plus dans un style Dreamcast que dans ce qu’il est possible de réaliser aujourd’hui, l’ensemble demeure globalement réussi. Les couleurs claquent, les environnements sont sympas et variés. Il y a peu de choses à reprocher à ce niveau. Il en va de même pour la modélisation kawaï des personnages en SD, tant des héros des anciens épisodes que des PNJ.

worldoffinalfantasy_testscreens_0015

Ces derniers se retrouvent d’ailleurs tous doublés sans exception. Les doublages japonais mettent d’ailleurs bien en avant l’humour dont regorge le titre. Contrairement au doublage en anglais, le jeu d’acteur est en effet bien plus efficace avec des voix et des intonations qui collent parfaitement au caractère de chaque protagoniste. Les prises de becs entre le duo sont légion et lorsque les Myrages comme Tama (le renard blanc qui accompagne nos héros) viennent y mettre leur grain de sel, c’est parfois véritablement hilarant. À noter que le doublage japonais est disponible via un code de téléchargement présent dans la version day one. L’invocation de Sephiroth fait aussi parti des petits plus de l’édition.

worldoffinalfantasy_testscreens_0041

Parlons maintenant de ces fameux Myrages, clé de voûte du scénario de ce World of Final Fantasy ainsi que de son système de jeu. Il s’agit en fait du bestiaire rencontré dans l’ensemble des Final Fantasy, version SD eux aussi. Lorgnant clairement vers les Pokémon et la chasse aux bestioles, cette partie prépondérante du gameplay risque bien d’en refroidir pas mal. Pour les autres, les monstres à collectionner et à faire évoluer son légion et nombre d’entre eux sont puissants. Leurs évolutions peuvent carrément être dévastatrices. Nos gentilles bestioles, une fois la technique trouvée pour les capturer, peuvent être formées et acquérir de nouvelles compétences via un Sphérier. Quasi-identique à celui de Final Fantasy X, il apporte pas mal de possibilités.

worldoffinalfantasy_testscreens_0003

Quant à l’utilisation de ces fameux Myrages en combat, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Soit combattre sous forme de « pyramide », soit défaire la pyramide et faire combattre Lann et Reynn indépendamment de leurs Myrages. Le côté empilement de personnages est honnêtement un peu débile, mais les possibilités de combinaisons du système pourront contenter les amateurs de bidouilles en tous genres. Chaque Myrage est catégorisé par sa taille, allant de Petit à Moyen pour finir à Grand. Lann et Reynn sont catégorisés en Grand lorsqu’ils sont sous leur forme standard et en moyen lorsqu’ils sont en SD. Cela permet alors différentes combinaisons possibles, avec par exemple, une pyramide constitué de Reynn en SD, chevauchant un Béhémoth et portant Tama sur sa tête. Cette combinaison permet d’utiliser la puissance du Grand Myrage Béhémoth ainsi que la magie de Tama. Enfin, que serait un Final Fantasy sans invocations ? Ici, que ce soit les héros comme le Chevalier de la Lumière, Sephiroth, Cloud ou bien les invocation Iffrit, Ramuh, Shiva and co, chacun pourra être invoqué en progressant dans le titre. Le tout accompagné bien entendu de sublimes cinématiques in-game qui flattent la rétine.

worldoffinalfantasy_testscreens_0039

Au final World of Final Fantasy parlera forcément aux fans purs et durs de la saga de Square. Cependant, le titre demeure relativement enfantin et simple à terminer en ligne droite. Il constitue une très bonne approche du JRPG pour les plus jeunes. Les vieux briscards nostalgiques retrouveront quant à eux un JRPG taillé à l’ancienne. Il suffira de passer les combats en Actif Time pour pimenter les affrontements et on se laissera rapidement prendre au jeu. Les temps de chargement omniprésents entre les différentes parties d’un donjon ou d’une ville sont d’un autre âge. D’autant qu’ils ne sont pas d’une taille démesurée, loin de là. Idem pour les combats, qui se lancent certes via une petite animation mais se terminent par… un écran de chargement. Dommage, car si le titre se cantonne à un rôle de second rôle avec l’arrivée imminente de Final Fantasy XV, il aurait gagné à être plus peaufiné. Si vous devez faire un choix, attendez l’occasion et gardez votre temps libre pour le tant attendu nouvel épisode de la saga !

7

Bon

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Côté jeux, il monte ses trois gardiens sur Destiny 2 et se prépare pour divers jeux de course comme Project Cars 2 et GT Sport.
Average User Rating Write A Review 0 User Reviews
6.7
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up