Disney jette l’éponge…

Disney jette l’éponge…

Je ne sais pas si l’on peut parler d’une énorme surprise. Toujours est-il que le géant de l’entertainment, Disney, a décidé d’arrêter les frais dans l’édition de jeux vidéo en fermant sa filiale dédiée, Disney Interactive Studios.

Lors de sa dernière conférence financière, Disney a annoncé à ses actionnaires la fermeture définitive de sa branche jeux vidéo. Cela va impliquer quelques 147 millions de dollars de frais et donc impacter les résultats financiers. Même si Disney n’a pas commenté sa décision, il est plus que probable que les ventes de son Disney Infinity n’aient pas atteint les chiffres escomptés.

A vrai dire, cela fait plusieurs années que la branche jeux vidéo tangue d’où une demi-surprise sur cette décision. Après avoir investi avec conséquence en rachetant de nombreux studios, Disney Interactive Studios n’est jamais vraiment parvenu à trouver son créneau dans le monde du jeu vidéo face aux EA, Actvision, Ubisoft et consors. Avec une stratégie éditoriale peu claire et un brin schyzophrène par rapport à l’image que le public se fait de Disney, l’éditeur a eu du mal à trouver son public avec des titres pourtant plutôt convaincants.

Après nombre de fermetures de studios comme Propaganda (Turok, Tron Evolution), Junction Point (Epic Mickey), LucasArts ou encore Black Rock Studio anciennement Climax (Pure, Split Secont Velocity), Disney va fermer les portes de son dernier studio encore en activité, Avalanche Studios, et par voie de conséquence arrêter la série des Disney Infinity.

Désormais, Disney signera des accords de licence avec des éditeurs et développeurs tiers pour des produits basés sur leurs créations.

Dans l’histoire de cette industrie, nombre de grands groupes média se sont lancés et s’y sont cassés les dents. Dans beaucoup de cas, leur « ignorance » du média jeux vidéo, une certaine arrogance quant à leur puissance médiatique et/ou financière, la populatité de leurs licences, les auront poussé vers la sortie. On peut citer des compagnies comme la Fox Interactive, BMG Interactive (racheté par Take Two avant de devenir Rockstar Games), MTV, etc. Voir Disney partir ne fait que confirmer que l’industrie du jeu vidéo n’est pas aussi facile que semble le croire les externes à ce milieu très particulier et très compétitif. Des grands groupes média, il ne reste plus que Warner Bros Interactive… mais pour combien de temps…

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu’il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d’éditeurs et de sites web.
Côté jeux, il monte ses trois gardiens sur Destiny 2 PS4 ainsi que ses autres sur Xbox One X et PC pour la bonne cause et tourne sur GT Sport.

Lost Password

Sign Up

%d blogueurs aiment cette page :