Super Mario Run

iOS Jeux
Follow
6.1

User Avg

200 millions de téléchargements de Super Mario Run mais ce n’est pas assez

200 millions de téléchargements de Super Mario Run mais ce n’est pas assez

Combien de développeurs sur mobiles adoraient avoir ne serait-ce qu’un pourcent des 200 millions de téléchargements du Super Mario Run sorti sur iOS puis sur Android? Des milliers pour sûr. Mais pour Nintendo cela n’est pas suffisant.

Bon soyons clair. Ce n’est pas le chiffre des téléchargements qui est en cause mais la rentabilité du jeu. Nintendo n’a pas réussi à atteindre ses objectifs en terme de revenus avec ce titre. Le jeu étant gratuit dans un premier temps avec quelques niveaux, il est fort à parier, comme votre serviteur, que beaucoup l’ont téléchargé pour le tester et n’ont jamais débloqué leur portefeuille pour obtenir le jeu complet.

A mon avis, Nintendo est à l’origine de sa propre situation (pas si négative que cela toutefois). Si la franchise Mario est célébrissime, créer un énième « temple run » aussi bien soit-il n’est plus suffisant avec le gamer mobile dont les goûts et les exigences ont bien évolué cette dernière décennie. Avec ce Super Mario Run et même les autres titres Nintendo sur mobiles à venir, on sent très nettement que l’éditeur/constructeur nippon a peur d’empiéter sur le succès de ses propres machines et propose malheureusement des projets tronqués sans la richesse des versions sur les consoles Nintendo.

Pour remédier à ce manque de profit, Nintendo avait sorti une mise à jour 3.0 du jeu ce qui a donné un coup de fouet aux revenus de ce Super Mario Run. Mais il faudra voir si cela va durer. Un tel titre ne peut pas vraiment faire tête à tous les free to play créés avec le concept de « game as a service » avec des activités, des évolutions et de nouveaux contenus régulièrement mois après mois, année après année.

Si Nintendo veut vraiment entrer dans les grands du mobile, il va leur falloir oublier qu’ils sont également constructeur de console et y aller franchement.

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu’il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d’éditeurs et de sites web.
Côté jeux, il monte ses trois gardiens sur Destiny 2 et tourne sur GT Sport tout en tentant de survivre sur Call of Duty WWII et Assassin’s Creed Origins.

Lost Password

Sign Up

%d blogueurs aiment cette page :