Shadow, le service de PC en ligne s’ouvre à tous

Shadow, le service de PC en ligne s’ouvre à tous

L’avenir est au stream qu’on ne veuille ou non. Les technologies s’améliorant sans cesse, le cloud computing et le cloud gaming sont de plus en plus convaincants. Dans ce domaine, la start-up française Blade tente sa chance avec son service de PC sur le cloud nommé Shadow.

Disponible depuis quelques mois de manière limitée, le service Shadow sera accessible à tous à partir du 29 novembre 2017. Jusqu’à présent seulement 5000 utilisateurs avaient pu tester ce service et 12000 étaient sur liste d’attente.

Mais qu’est-ce que Shadow? Il s’agit d’un service permettant d’avoir un PC sur le cloud moyennant un abonnement mensuel, trimestriel ou annuel. Avec ou sans un boîtier (optionnel désormais), vous aurez alors accès à un véritable PC haut de gamme en streaming via des logiciels clients aussi bien sur Windows, MacOS, iOS et Android. Pour pleinement profiter du service une connexion internet avec un débit de 15Mb est conseillé. Autant vous dire qu’une fraction des gens connectés en ADSL pourront en profiter. Ceux qui ont la fibre auront moins de problème. Le logiciel client dans sa nouvelle version ajustera automatiquement la qualité d’image du stream en fonction de la bande passante.

Le boîtier fourni lors de la première phase de déploiement devient optionnel. Vous pourrez l’acheter pour 120€ environ ou le louer pour 7.95€ par mois. Mais si vous avez déjà un ordinateur ou si vous voulez accéder à des applications et contenus de votre PC virtuel via vos appareils iOS et Android, le boîtier n’est pas forcément une nécessité. Blade a pensé à ces usages avec une nouvelle interface pour mobiles nommée Shadow Beyond permettant de lancer des jeux sur les services en ligne, d’ouvrir des médias, voir des photos, etc le tout sans clavier/souris. Evidemment si vous voulez utiliser votre PC virtuel de manière traditionnelle le boïtier ou un autre ordinateur connecté sera nécessaire.

La version iOS du client est en cours de finalisation. Blade n’a toutefois pas encore donné de date précise de son lancement. Une démo a toutefois était faite sur un iPhone 8 où grâce à un pad, les journalistes ont pu jouer à Tomb Raider ou Assassin’s Creed Origins dessus.

Pour ce lancement complet, Blade a décidé de booster les performances de votre PC virtuel. Ainsi la puissance de calcul général passera de 6.5 à 8.2 téraflops soit une machine bien plus puissante que la majorité des PC actuellement dans les foyers. Une démo a même été faite où Blade a montré un Shadow surpuissant avec un processeur 16cores, une carte graphique GTX 1080ti et 48Go de Ram. Evidemment, cela n’est pas encore à l’ordre du jour pour tout le monde mais de par son principe de fonctionnement et son business model, tous les PC virtuels des futurs clients vont être régulièrement upgradés.

Blade a également misé sur la sécurisation de ses serveurs où résideront les PC virtuels afin de protéger les données de chaque utilisateur.

A Playscope nous avons pu tester le service Shadow pendant plusieurs semaines. Pour des usages habituels pour la majorité des utilisateurs, Shadow est performant et suffira. Installer et jouer à des jeux est tout à fait possible également. Malgré quelques doutes sur certains types de jeu – les FPS notamment – Shadow tient la route. Toutefois si vous êtes du genre hardcore gamer ou pro gamer, il vaudra toujours mieux un PC in situ jusqu’au jour où les connexions auront des débits constants et bien supérieurs avec des latences minimalistes.

L’avantage est de toujours accéder à une machine à jour sans jamais devoir gérer les évolutions et les upgrades. Par ailleurs, tant qu’on a une connexion internet correcte, on peut y accéder de n’importe où via les logiciels clients. Les problématiques de bande passante et de latence se résoudront d’elles-mêmes au fil des mois et années avec les améliorations des technologies.

Shadow sera disponible à tous à partir du 29 novembre 2017 en France et s’ouvrira à l’international (Angleterre, Allemagne, USA) dès l’an prochain.

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu’il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d’éditeurs et de sites web.
Côté jeux, il monte ses trois gardiens sur Destiny 2 PS4 ainsi que ses autres sur Xbox One X et PC pour la bonne cause et tourne sur GT Sport.

Lost Password

Sign Up

%d blogueurs aiment cette page :