Sony et Microsoft main dans la main pour le cloud et l’IA

Sony et Microsoft main dans la main pour le cloud et l’IA

Le monde digital tel qu’on le connaît depuis des décennies va encore évoluer et connaître une nouvelle révolution grâce aux technologies cloud et à l’IA. Afin de s’y préparer, Sony et Microsoft vont travailler ensemble dans ces domaines.

Via un communiqué, le duo annonce une collaboration pour innover dans le domaine des solutions et plateformes cloud pour le jeu vidéo et le streaming. Si beaucoup de confrères ont d’ores et déjà tiré des plans sur la comète concernant le game streaming alors que Microsoft travaille sur son projet XCloud, le partenariat est plus large. Après tout il s’agit d’un partenariat Sony Corp et Microsoft et non PlayStation et Xbox. D’ailleurs, il semblerait que la branche Sony Interactive Entertainment, PlayStation quoi, n’ait pas été tenu au courant.

Avec cet accord, on peut imaginer que Sony pourrait définitivement opter pour l’infrastructure et les technologies Azure de Microsoft pour ses services en ligne aussi bien côté cinéma que musique et sans doute, par la suite, côté jeu vidéo et donc PlayStation. Si cela peut permettre d’avoir un PSN plus sécurisé et plus stable, ça serait tout bénéfice pour les fans de la marque.

De son côté, Microsoft, n’étant pas à proprement parler un producteur de contenus et un constructeur multi-industries, pourrait bénéficier de l’aide de Sony dans bien des domaines pour améliorer ses propres services en ayant une compagnie tentaculaire qui couvre le cinéma, la musique, le jeu vidéo, les produits technologiques, l’imagerie, etc, comme partenaire.

En quoi cela nous concerne nous autres gamers alors? L’industrie du jeu vidéo tel qu’on la connait va disparaître tout du moins dans sa structure et ses belligérants. Dans la prochaine décennie, vous allez découvrir un chamboulement comme cette industrie n’en a guère connu. Et on en est qu’aux balbutiements.

J’avais appris il y a quelques semaines de pourparlers très avancés entre Microsoft et Sony. J’imaginais qu’il s’agissait surtout d’accords au sujet d’Azure, les technologies cloud de Microsoft ce que semble confirmer l’annonce.

Mais, si on aura bel et bien droit à une nouvelle génération de consoles l’an prochain avec la PS5 et les futurs Xbox, la guerre d’après va se dérouler sur un tout autre terrain, le game streaming. Et dans ce domaine, les géants ne sont plus les mêmes du tout.

Qui dit streaming dit cloud. Et qui dit cloud dit infrastructure colossale mondiale. Dans ce domaine, il n’y a pas 50000 compagnies. On y retrouve notamment un certain Google, Microsoft avec son Azure et Amazon avec ses AWS. Le premier a déjà annoncé son Google Stadia à sortir fin 2019. Le dernier, même si rien n’est officiel, travaille selon mes sources à un service similaire.

Pour rappel, Google Stadia est un service de game streaming que le géant américain compte lancer à la fin de l’année. En concurrence directe, Microsoft travaille à son projet Xcloud qui devrait être évoqué plus en avant lors de la conférence Xbox dans un peu plus de deux semaines et dont la bêta devrait être lancée à la fin de l’année. La guerre du cloud gaming est donc d’ores et déjà lancé et même si Sony a déjà son PlayStation Now dans le domaine du game streaming, le constructeur n’a pas les ressources pour les contrecarrer sauf à s’associer à l’un ou aux deux.

Les belligérants vont donc changer. Les anciens devront s’associer à l’un de ces deux là ou à un troisième qu’il ne faut pas oublier… un certain Amazon. Vous pouvez être certain qu’Amazon travaille également sur un service de game streaming. Après avoir vendu des livres et des produits de la Terre entière puis lancé Amazon Music et Amazon Prime Video, il serait guère étonnant que cet autre géant américain n’annonce pas dans les semaines ou mois à venir un Amazon Prime Gaming d’autant plus que la compagnie possède un levier colossal avec Twitch qui leur appartient.

Bref, dans la prochaine décennie, la guerre va se faire entre Google, Microsoft et sans doute Amazon. Les anciens belligérants tels que Nintendo ou Sony PlayStation deviendront des fournisseurs de contenus utilisant des technologies d’un ou des trois géants au même titre que les éditeurs et développeurs tiers. Outre la guerre technologique, il s’agit pour Google, Microsoft et hypothétiquement Amazon de signer avec un maximum de producteurs de jeux vidéo. Comme d’habitude toute technologie aussi bien soit-elle n’est rien sans contenu. Et dans ce domaine, sur le gaming, Microsoft a de l’avance sur Google et Amazon. Et si j’en crois mes sources, les discussions ont débuté depuis un bon moment pour s’attirer les faveurs des éditeurs et développeurs.

Moi qui ait vu évoluer cette industrie de la simple production dans un garage ou une chambre de lycéen vers de multinationales riches à milliards, j’avoue être assez excité de voir la prochaine étape. Pour nous autres gamers, les choses vont changer dans la continuité mais certains usages vont pour sûr évoluer. Même s’il y aura toujours des irréductibles, notre façon de consommer du jeu vidéo va changer. Les anciennes générations ont connu le concept d’acheter un jeu en acquérant un produit physique, la progression des versions digitales laisse à penser que les nouvelles générations consomment du dématérialisé facilement – un peu comme ce qui s’est passé dans le domaine de la musique et de la vidéo. L’étape suivante est donc logique pour le jeu vidéo. A quoi bon posséder le hardware pour jouer si on peut avoir tout jeu qu’on désire à tout moment sur un ou tous les écrans de notre vie numérique n’importe où n’importe quand? Jouer à n’importe quel titre sur sa tablette, son smartphone, son téléviseur ou tout autre appareil à inventer (lunettes AR, messieurs?) avec un simple abonnement et une connexion web, n’est-ce pas le rêve de tout gamer? Plus besoin de gérer le hardware. Plus besoin de gérer des usages un brin archaïques comme les installations, les mises à jour, les patchs… Tout se fera de manière transparente pour l’utilisateur.

Et même s’il reste encore des obstacles technologiques à surmonter, elles le seront tôt ou tard. Plus encore, et cela est encore assez difficile à imaginer pour le gamer lambda, le game streaming va permettre aux créateurs de développer des concepts inimaginables avec des jeux vidéos tournant sur machines locales et reliées via le web.

L’arrivée du game streaming va changer nos usages mais cela se fera de manière progressive. La prochaine génération de consoles devrait d’ailleurs être la première étape car vous pouvez être sûrs que Microsoft et Sony vont intégrer les premières fonctionnalités sur les futurs Xbox et PS5.

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Gamer sans être un hardcore, Michel joue à un peu tout même s'il a une préférence pour l'action. Actuellement, il écume The Division 2 et jette un coup d'oeil sur l'évolution d'Anthem et Destiny 2.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Sign Up