Sony dévoile enfin sa nouvelle caméra l’Alpha 7 IV

Sony dévoile enfin sa nouvelle caméra l’Alpha 7 IV

On l’attendait depuis des mois et des mois. Sony a enfin annoncé le remplaçant d’une des caméras les plus populaires parmi les créateurs de contenu et des vidéastes à savoir l’Alpha 7III. Voici donc enfin venir l’Alpha 7IV.

Depuis son lancement, le Sony Alpha 7 III est devenu un peu la référence des caméras hybrides plein format (Full Frame) très couru auprès des créateurs de contenu, les vidéasters et autres youtubers. Elle est devenue ma caméra de référence même si je travaille encore parfois avec mon ancien Panasonic GH4 ainsi que l’excellent Blackmagic Design Pocket Cinema Camera 4K (qui n’a de pocket que son nom ^_^).

Ces derniers mois, les vidéastes un peu plus fortunés ont tous craqué pour l’Alpha 7SIII dont les capacités vidéo laissent rêveur tout créatif – moi y compris. Malheureusement le tarif est prohibitif – plus de 4000€. Alors beaucoup espéraient un digne successeur à l’Alpha 7 III pour un prix plus accessible tout en reprenant bien des avantages de l’Alpha 7S III. C’est grosso modo ce que Sony a fait même si le tarif a été revu à la hausse… malheureusement. Trois ans et demi après, Sony revient donc avec une nouvelle génération qui semble vouloir proposer le meilleur des deux mondes, photo et vidéo, dans un boîtier sans trop empiéter sur les modèles de gamme supérieure que sont l’Alpha 7S III ou le FX3.

Appareil photo hybride comme son prédécesseur, la Sony Alpha 7 IV reprend le boîtier de l’Alpha 7S III qui intègre un écran pivotable OLED tactile bien plus facile pour pouvoir se voir lorsqu’on tourne des vlogs. L’écran de l’ancien modèle n’était qu’inclinable et donc guère pratique pour le vlogging. En cela, Sony a corrigé le tir avec le ZV-1, l’Alpha 7S III, le ZV-E10 et donc l’Alpha 7IV.  L’interface est celle des Alpha 7SIII et FX3. Plus moderne, plus claire et tactile, cette interface se généralise donc sur tous les nouvelles caméras Sony.

Contrairement à l’Alpha 7S III ciblant le monde de la vidéo avec son capteur de 12 megapixels, Sony a doté l’Alpha 7 IV d’un capteur CMOS Exmor R de 33 mégapixels à comparer aux 24 megapixels de son prédécesseur. Autant dire que les photographes en herbe vont être contents. Vous allez pouvoir prendre des photos d’une grande netteté avec des résolutions vous permettant de recadrer facilement sans trop perdre en résolution ou qualité. Son mode rafale à 10 images/seconde devrait permettre de ne pas rater l’instant précis.

La sensibilité de l’Alpha 7 IV est très large entre 50 à 204800 ISO et la plage dynamique de 15 diaphragmes a de quoi conserver bien des détails pour être retravaillés à votre guise sur les logiciels de retouche d’images ou de colorimétrie pour les vidéos. Les tournages en S-Log vont offrir des vidéos encore plus détaillés pour être plus subtilement réglées par la suite. Et pour les fainéants comme moi, non seulement on récupère le fameux S-Cinetone lancé avec la Sony FX3 et désormais disponible sur la Sony Alpha 7S III. Plus encore, Sony a ajouté de nombreuses “apparences créatives” par défaut pour des rendus de couleurs différents en fonction de vos envies et de vos prises de vue et tournages sans devoir vous taper des heures de réglages et de colorimétrie.

Les appareils Sony ont la réputation d’avoir un excellent auto-focus parfois spécifiquement étudiés pour des youtubers comme le mode présentation de produit du ZV-1. L’Alpha 7 IV ne déroge pas à la règle et grâce à la puissance du nouveau processeur BionZ XR, l’auto-focus va gagner non seulement en rapidité mais également en capacités. Ainsi, outre le suivi des yeux d’humains et d’animaux, Sony a ajouté le suivi des yeux d’oiseaux. Avec pas moins de 759 points de détection de phase sur 94% de l’image, l’auto-focus devrait grandement gagner en précision. Sony a conçu un nouveau principe de mise au point avec sa fonction Focus Map. Grâce à des dalles de couleurs différentes, cette fonction indique la zone de netteté et la profondeur de champ. Certains trouveront cela gadget mais pour certains types de plan, cela peut s’avérer très utile. Je pense notamment à des plans où on modifie la mise au point entre deux sujets situés à des distances différentes de la caméra. Une autre fonction plutôt intéressante est la compensation du Focus Breathing. En effet, lorsqu’on ajuste la mise au point, on a souvent une légère variation du cadrage. Cette fonction compense ce problème permettant ainsi de conserver un cadrage fixe. Les vidéastes apprécieront cette fonction.

Concernant la vidéo, la Sony Alpha 7 IV pourra filmer jusqu’en 4K60 en Super 35 donc avec une image un peu recadrée. C’est un peu dommage. On aurait espérait que la caméra nous propose le 4K60 en plein format mais il faut croire que les 33 mégapixels étaient sans doute trop imposants pour le processeur intégré. La qualité d’image devrait être au rendez-vous grâce à la technique du suréchantillonnage. En effet, en partant de la résolution 7K possible grâce à son capteur, l’Alpha 7 IV va nous proposer une image 4K. Autant dire que cela devrait fortement influer sur la qualité et la netteté des vidéos. L’autre point qui intéressera les plus pros d’entre vous, l’Alpha 7 IV peut encoder en 4:2:2 sur 10 bits pour conserver un maximum d’informations pour la retouche colorimétrique. Pour ceux qui utiliseront le H264, on aura droit à l’encodage all-intra pour là encore gagner en qualité d’image. Le H265 sera également un choix possible puisque beaucoup de logiciels permettent de le monter nativement.

Le boîtier de l’A7IV est quasiment identique à celui de l’Alpha 7SIII. Toutefois, Sony a revu certains boutons et molettes. Ainsi, la bascule entre les fonctions photo, vidéo et S&Q dépendant d’un switch sous la roue des options. Cela permet de distinguer les réglages en fonction du mode. Cela permet également d’affecter des préréglages distincts pour le mode vidéo, le mode photo et le mode S&Q. Bref, cela facilite la vie de son utilisateur.

Ce boîtier intègre toujours une stabilisation par le capteur sur 5 axes pour une image la plus stable possible. Un mode de stabilisation active est également disponible avec un crop sur l’image acceptable. Et vous pourrez toujours stabiliser vos plans en post-production via les logiciels de Sony – Catalyst Browse et Catalyst Prepare – car la caméra enregistre également toutes les variations de mouvement de la caméra. Cela nécessite un peu de traitement mais la stabilisation est bien plus contrôlable et précise dans ce cas.

Côté cartes, l’Alpha 7 IV comporte deux emplacements acceptant les cartes SD UHS-I et UHS-II. L’un des deux emplacements peut également accepter les cartes CFexpress Type A hautes performances. Cela devrait couvrir pas mal d’usages. La sortie HDMI (format standard) sera bien pratique pour ceux qui utilisent des enregistreurs et des moniteurs externes. On retrouve également une entrée micro et une sortie mini-jack.

Dernière fonctionnalité relativement standard de nos jours a avoir été implémenté à l’Alpha 7 IV, la fonction webcam. Je sais, il est assez overkill d’utiliser une telle caméra pour vos conférences mais les livestreamers apprécieront pour sûr la qualité exceptionnelle de l’image par rapport à la très grande majorité médiocre des webcam embarqués ou non. Il suffit de brancher la caméra à votre ordinateur via USB-C et de choisir le mode livestream et c’est parti. Que ce soit pour les logiciels comme Zoom, Skype ou pour des outils comme OBS, l’Alpha 7 IV sera reconnu immédiatement.

Sur le papier, Sony semble donc bel et bien avoir réussi à intégrer des fonctions pour les photographes comme pour les vidéastes. Le prix annoncé en boîtier nu est de 2800€ ce qui est au-dessus évidemment de l’Alpha 7III que Sony semble vouloir garder sur le marché. Sony propose également un kit comprenant le boîtier et un objectif FE 28-70 mm pour 3000€. Cela reste donc très cher pour beaucoup d’entre nous. Cet appareil concerne donc des utilisateurs qui veulent monter en gamme depuis un premier appareil photo hybride. En tant qu’utilisateur d’un Alpha 7III, cet appareil est très tentant. Peut-être que je devrais revendre mon appareil actuel et basculer à ce nouvel Alpha 7 IV… A moins que je puisse passer directement à l’Alpha 7SIII ou la FX3 qui correspondent plus à mon usage 😉

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Gamer sans être un hardcore, Michel joue à un peu tout même s'il a une préférence pour l'action.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Sign Up