Assetto Corsa Competizione – Une simulation trop authentique

PC PS4 PS4 Pro Tests Xbox One Xbox One X

Amis des jeux de course arcade, passez votre chemin immédiatement. Assetto Corsa Competizione comme son prédécesseur n'est pas pour vous. Ici, des connaissances en pilotage et la précision de vos mouvements ne seront pas de trop pour tenter de remporter la moindre course. Mais est-ce que cette version tient les promesses pour les fanatiques de la simulation ?

Nombre de jeux de course proposent du contenu, beaucoup de contenus parfois. Je pense notamment aux Forza, Gran Turismo ou Project Cars. Avec Assetto Corsa Competizione, les italiens de Kunos Simulazioni se focalisent sur un championnat spécifique, le GT World Challenge et forcément le choix des voitures, des circuits et ce qui fait la richesse d’un titre du genre est réduite de manière conséquente.

Cela en fait-il un mauvais jeu ? Non. Kunos Simulazione s’est fait un nom dans le monde des fans de simulation automobile au même titre que des titres esport comme nFactor 2 ou iRacing très prisés chez les PCistes. Sur consoles, on peut considérer que cet Assetto Corsa Competizione fait partie du haut du panier en matière de réalisme. Après la version PC qui s’est bonifié au fil des mois, c’est donc aux joueurs sur console de se lancer dans cette simulation exigeante.

Testé sur une PS4 Pro, Assetto Corsa Competizione vous propose donc de piloter divers bolides de ce championnat GT3 à travers les circuits disponibles avec diverses compétitions comme des courses de sprint, d’endurance ou encore même les 24h de Spa. On retrouve les options classiques permettant de se lancer dans des courses rapides en choisissant le mode, le circuit et la voiture ainsi que nombre de paramètres. Vous pourrez également vous lancer dans un championnat complet avec, là encore, pas mal de réglages possibles. Plus encore, les évènements spéciaux sont proposés régulièrement avec des classements mondiaux en ligne. Cela apporte un peu de challenge pour ceux qui ont déjà fait le tour du jeu. Côté en ligne justement, Assetto Corsa Competizione propose divers modes pour affronter des joueurs à travers le monde. Là aussi, vous aurez droit à nombre d’options pour participer à des courses en ligne, certaines nécessiteront toutefois que vous atteignez un certain niveau afin d’éviter des courses de stock car avec des pilotes ne respectant rien. Un mode carrière est également proposé mais, honnêtement, on est très loin de ce qu’offrent d’autres jeux dans le genre. On va dire que c’est toujours mieux que rien. Au final, les développeurs se sont vraiment focalisés sur le réalisme plus que l’étendue des possibilités en termes de modes, de voitures et de circuits.

Le réalisme justement, parlons-en. Comme je vous le disais en intro, si vous n’êtes pas un fanatique de la simulation automobile, ce jeu n’est vraiment pas pour vous. Un minimum de connaissance est nécessaire pour en tirer la quintessence et encore. De même, sans volant, le plaisir de pilotage sera fortement amoindri d’autant plus que les réglages par défaut du pad sont loin d’être passe-partout. Il faudra sans doute passer du temps à régler le pad – et également le volant – pour coller à vos sensations et vos habitudes. Cela n’est pas trop étonnant pour une simulation mais sachez que vous ne pourrez pas y échapper à moins d’avoir la chance folle que les réglages par défaut vous conviennent.

Le comportement des voitures est vraiment convaincant. On sent ainsi bien le poids des bolides, les freinages, les accélérations. Je vous conseille d’ailleurs de jouer en vue casque pour une immersion totale. Oubliez les vues extérieures qui n’ont aucun sens dans une telle simulation et que je trouve d’ailleurs plutôt injouables à ce niveau de réalisme. Ce dernier est poussé assez loin avec l’accès à nombre de réglages pour les voitures. Pression des pneus, écartement, carrossage, chasse, électronique, freins, carburant, stratégie, une quantité conséquente de paramètres est ajustable à votre guise. Là encore, si vous n’avez aucune connaissance vous serez pénalisé face aux joueurs capables de peaufiner les réglages pour tirer partie au mieux de leur voiture en fonction du tracé, de la météo et d’autres facteurs. La météo ainsi que le moment de la journée, la température ou encore le vent, tout cela fait partie des facteurs impactant les courses et donc votre performance. Il faudra vous y adapter.

Techniquement, Assetto Corsa Competizione tient la route – sans jeu de mot. Utilisant l’Unreal Engine 4, la modélisation des voitures et des circuits est soignée. Je regrette toutefois un rendu un peu trop terne pour un visuel guère marquant. Après, il faut bien avouer que dans le domaine, les fans préfèrent un jeu offrant de bonnes performances. Sur ce point, j’ai été déçu de voir qu’on avait droit qu’à du 30 images/seconde sur consoles même sur la PS4 Pro. C’est dommage car dans le domaine des jeux de course et plus particulièrement de la simulation, le 60 images/seconde est quasiment obligatoire. C’est d’autant plus gênant que j’ai décelé ça et là des saccades ou de légers freezes. Ce n’est pas souvent mais lorsque cela vous arrive, vous pouvez vous retrouver dans le décor. Dans l’ensemble, c’est jouable et assez plaisant mais j’aurais aimé que l’équipe de développement en fasse un point constant. Je n’ai rien à redire au contexte sonore adéquat et immersif.

Au final cet Assetto Corsa Competizione est une bonne simulation qui souffre de petits défauts que j’espère corrigés par la suite. Son manque de contenu se ressent pour qui aime la variété. Mais les fans de simulation précise et authentique y trouveront sans doute leur bonheur. Et des DLC pourront toujours être acquis par la suite puisque plusieurs sont prévus pour enrichir le titre.

Good

  • Un comportement des voitures crédible
  • Des voitures plutôt bien modélisées
  • Une simulation authentique

Bad

  • Des saccades gênantes par moment
  • Des réglages du pad sont nécessaires
  • Peu de contenus de base
7

Bon

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Gamer sans être un hardcore, Michel joue à un peu tout même s'il a une préférence pour l'action. Actuellement, il visite l'île de Tsushima ;)

Lost Password

Sign Up