Dragon Quest Heroes II – Sur les traces du premier opus et pas plus

PC PS Vita PS4 PS4 Pro Switch Tests

Débarquant l’année des 30 ans de la saga, Dragon Quest Heroes II a fort à faire pour reprendre le flambeau du très bon premier opus de ce mix entre l’univers Draque, comme disent les japonais, et le concept des musô si cher à Koei Tecmo et au team Omega Force. Le concept s’est-il déjà essoufflé ? La réponse en quelques coups d’épée sur un pauvre slime !

Dragon Quest Heroes II reprend les grandes lignes du premier épisode et vient y ajouter un peu plus de liberté dans les déplacements et par la même occasion, un peu plus de cohérence. Terminé la bête carte où l’on vient sélectionner le prochain niveau, Dragon Quest Heroes II s’ouvre, sans parler toutefois de véritable open world. On reste en effet assez limité mais c’est déjà ça de pris. Il ne faut effectivement pas être trop regardant et ne pas être allergique aux barrières invisibles, entre autres. Les environnements proposés sont assez variés et proposent surtout autre chose que de simples couloirs reliant des zones plus vastes. Résultat, de vastes aires de jeu pour fritter un max de monstres de différents niveaux.

Et c’est d’ailleurs bien là l’objectif premier de Dragon Quest Heroes II, casser du mob. La lassitude pourra d’ailleurs rapidement s’installer tant les vagues d’ennemis sont énormes, répétitivité oblige. La possibilité de switcher entre les différents protagonistes de son équipe casse néanmoins légèrement la monotonie propre à un musô, et celui-ci n’y échappe finalement pas. Le système de progression des personnages, au même titre que celui d’équipement ne change pas d’un iota. On gagne des points de compétence en accumulant de l’expérience et on choisit parmi des améliorations allant de la défense, au HP et MP en passant par les capacités spéciales actives ou passives. Rien de bien nouveau en somme, jusqu’au système d’utilisation des monstres, si ce n’est que l’on peut cette fois se transformer lorsqu’une âme de gros et puissants spécimens est capturée. Devenir un golem et tout mettre à sac fait son petit effet. Du reste, le bestiaire s’étant tout de même un tant soit peu étoffé, il est possible d’obtenir du soutien de la part de nouvelles bestioles.

Techniquement et graphiquement, le titre a par contre évolué mais demeure en deça de ce que l’on est en droit d’attendre d’une PlayStation 4. Si les modèles, monstres ou héros, sont modélisés avec soin et que quelques effets sympathiques viennent égayer l’ensemble, Dragon Quest Heroes II reste l’exemple parfait du déclin du jeu vidéo japonais. L’aliasing est assez présent, les textures des décors sont souvent faiblardes et si l’on a le malheur de passer en mode résolution élevée, le frame rate se retrouve à osciller aux alentours des 30 fps et se paye le luxe de passer parfois en dessous. Au vu de la réalisation, on en vient à rapidement à se poser des questions. Les animations des personnages principaux tant que des monstres remontent un peu le tout, mais difficile de ne pas penser à des bijoux tels qu’Horizon Zero Dawn lorsqu’on est face à une réalisation de ce type.

Au final, Dragon Quest Heroes II se pose en suite sans réelle surprise et fait plutôt figure de version 1.5. Que ce soit au niveau de sa réalisation globale ou de son gameplay, cet épisode fait le minimum syndical. Alors oui, si on adhère à l’univers Dragon Quest et qu’on a aimé le premier épisode, il y a encore de quoi faire avec ce nouvel opus. Mais difficile de nier que l’intérêt n’est plus tout à fait le même et qu’on en attendait plus. Dragon Quest Heroes II se pose donc en demi-déception tout en étant néanmoins digne d’intérêt pour les fans et le meilleur des deux épisodes pour ceux qui souhaiteraient découvrir ce spin off.

Good

  • De nouveaux personnages vraiment bons (César entre autres)
  • Graphiquement plus évolué que le premier...
  • Une bonne durée de vie

Bad

  • Peu de nouveautés de gameplay
  • Réalisation en deçà de ce qu'on attend sur PS4
  • Rapidement répétitif
6.7

Correct

Gamer depuis presque 30 ans, sa passion pour le jeu vidéo demeure pourtant intacte. Touche à tout et ouvert, il a néanmoins toujours un faible pour l’univers de Nintendo, entre nostalgie des glorieuses années passées et marasme des dernières générations ! Jonglant entre Warhammer 40,000 Dawn of War III sur PC et NieR Automata sur PS4, il attend avec impatience l’arrivée de Tekken 7, Wipeout Omega et Micro Machines World Series sur PlayStation 4… En attendant les parties avec Michel sur Destiny 2 !

Average User Rating
7.3
2 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up