Far Cry 5 – A l’est d’Eden

PC PS4 PS4 Pro Tests Xbox One Xbox One X

Après quatre années d'attente, la franchise Far Cry enfante enfin de son cinquième "vrai" rejeton. S'il recycle avec brio les ingrédients de ses illustres aînés, le petit dernier propose toutefois de s'aventurer dans un terrain de jeu moins exotique en offrant d'embarquer vers une bourgade de l'Amérique profonde. Les amateurs d'action explosive peuvent rechausser les rangers et se préparer à une nouvelle randonnée mortelle dans l'antre de la folie !

Bienvenue au Montana ! Si Hope County fait moins rêver que la jungle étouffante du Pacifique ou les cimes enneigées du Toit du Monde, c’est pourtant au milieu de ces paysages verdoyants et montagneux que se déroule l’action de ce cinquième épisode (hors spin-off) de Far Cry. Le joueur incarne l’assistant d’un shérif, séparé de son groupe et perdu en territoire hostile après avoir tenté d’arrêter le gourou d’une mystérieuse secte survivaliste, Eden’s Gate, qui prêche la bonne parole à grands coups de fusils automatique. Pour mettre définitivement fin aux agissements de cette bande d’illuminés, notre aspirant héros doit s’attaquer aux frères (et à la soeur) du gourou qui contrôlent la région en faisant régner la terreur. Prêts à prendre les armes ?

A l’instar des précédents volets, ce FPS qui combine action et – aussi parfois – infiltration bourrine a été développé à quatre mains par les studios Ubisoft de Montréal et Toronto. Proposant une aire de jeu assez vaste, Hope County est ainsi divisé en trois larges secteurs, qui correspondent aux zones d’influences des frangins de la famille Seed. Pour libérer ces zones, il « suffit » de s’attaquer aux structures de la secte (silos, chapelles…), à ses moyens d’approvisionnements, à ses avant-postes et à ses représentations qui enlaidissent le paysage et en libérant des otages. Pour parcourir ce monde ouvert, le jeu offre un bon paquet de moyens de locomotion. Si l’on peut compter sur les gambettes musclées du héros pour crapahuter hors des sentiers battus dans des zones escarpés et dans des bunkers, on peut aussi employer des bateaux, des voitures ou emprunter la voie des airs en pilotant des zincs et des hélicos. Ces derniers s’avèrent particulièrement efficaces – lorsqu’ils sont équipés de mitrailleuses et de lance-roquettes – durant les assauts d’avant-poste… ou plus simplement lors des combats en extérieur. Maniables, rapides et dotés de munitions infinies, les hélicos deviennent très vite les engins de prédilection pour se déplacer à travers les étendues chaotiques de Hope County. A tel point qu’on rechigne vraiment à redescendre sur terre pour se remettre au volant d’une caisse. Notamment parce qu’au sol les mauvaises rencontres sont légion ! Ainsi il n’est pas rare de tomber sur des convois lourdement armés et des barrages routiers où les excités d’Eden’s Gate font parler la poudre, voire sur des bestioles sauvages (loup, ours, dinde…) agressives à souhait, qui ont vite fait de nous mettre à terre.

Les gunfights scriptés offerts par Far Cry 5 sont plutôt intenses et se veulent explosifs. Si l’on a vite fait de se débarrasser des ennemis les moins tenaces d’une balle de flingue dans la tête ou d’une rafale de mitraille dans le buffet, le titre nous oppose aussi à des mercenaires équipés d’armures lourdes et à des mutants polymorphes (les Anges). Gare ! Ces derniers peuvent aussi être ramenés indéfiniment à la vie lorsqu’ils sont galvanisés par les prêchi-prêcha d’Eden’s Gate diffusés par hauts parleurs montés sur des pick-up ! Loin de se résumer à de vulgaires successions de missions de destruction et de suppression, le titre offre en sus une kyrielle de quêtes annexes qui permettent de voir du pays, de s’attacher les faveurs de nouveaux alliés (humains ou animaux) au combat ou de récupérer des véhicules inédits en exécutant des cascades en un temps limité. S’il est possible de troquer son fusil automatique contre une canne à pêche au bord d’un lac ou d’une rivière pour taquiner le goujon… n’oubliez pas de récupérer votre arme de prédilection (fusil d’assaut, de snipe, lance roquette) avant de repartir au combat. Quoi de moins menaçant qu’une canne à pêche lors d’un gunfight ? S’il est praticable en solitaire, le mode histoire peut aussi être pratiqué en coop. Pratique pour se sortir des passages les plus épineux ! Jouable aussi en multijoueur à l’occasion de parties en matchs à mort ou captures conventionnelles, le titre s’est aussi doté d’un éditeur de map. Ce dernier permet de laisser libre cours à son imagination en puisant des éléments de décor et de gameplay issus des productions les plus emblématiques de chez Ubi. Attendez-vous à des parties en multi et même en solo complètement délirantes.

Visuellement, Far Cry 5 est une réussite ! Les environnements (naturels notamment) comme les modélisations des véhicules et personnages sont détaillés. Le titre offre des effets graphiques – lumineux et météorologiques – somptueux et un cycle jour/nuit convaincants. Même sur la Xbox One toute simplette ayant servie au test, les textures ont fière allure et l’animation ne souffre pas de coups de faiblesse agaçants. Cette mouture destinée à la bécane de Microsoft n’est flanquée que d’un subtil aliasing qui se fait oublier dans le feu de l’action. Quant aux temps de chargements, ils sont fréquents mais restent supportables. Bien que soigné et visuellement léché, le titre n’est pas dépourvu pour autant de quelques défauts irritants, qui occasionnent des bug de l’IA (ennemi immortel, PNJ aux fraises…) ou des cinématiques un tantinet envahissantes. Si les bugs seront réglés à coups de patchs, les cut scenes  – bien que réussies – plombent en revanche le rythme du jeu… qui en manque cruellement, monde ouvert oblige !

Réussi sur le fond comme sur la forme, Far Cry 5 n’est pénalisé que par son manque de rythme. Pas de quoi refroidir les ardeurs des fans du genre comme de la franchise ! Ils plongeront corps et âmes dans une lutte sans merci contre Eden’s Gate ou dans son multijoueur – plus ou moins – conventionnel accompagné d’un éditeur de carte bigrement réussi !

Good

  • Une belle claque graphique
  • L’éditeur puissant du mode Arcade
  • Un univers assez vaste, des quêtes à foisons, les helicos

Bad

  • Pas très dirigiste, manque du coup de rythme, répétitif...
  • Quelques bugs de scripts d’IA, peinture fraîche !
  • La faune sauvage surpuissante, les dindes cheatées
8.5

Super

Ex journaliste, feu globe-trotter à plein temps, papa, technophile, gamer et retrogamer depuis toujours. Adorateur du HDMI, Grand Manitou du VGA et chevalier de l'Ordre de la Péritel. Aime la 32X, voulait croire en la Jaguar et la WiiU. A commencé dans la presse mag jeux vidéo en 2005.
Average User Rating
8.8
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up