Ghost of Tsushima Director’s Cut – Une nouvelle île à libérer

PS4 PS4 Pro PS5 Tests

Un an après son lancement, Sony nous ressort Ghost of Tsushima dans une version Director's Cut qui pourrait intéresser celles et ceux qui n'avaient pas craqué. Pour cette occasion, Sucker Punch a produit une extension qui devrait ravir les fans.

Cette extension va ajouter une nouvelle petite campagne d’une durée acceptable où Jin Sakai va devoir débarquer sur une île voisine de Tsushima, l’île d’Iki, et combattre un nouvel antagoniste nommé L’Aigle et ses sous-fifres. L’intrigue va mettre à rude épreuve Jin et son passé avec son défunt père. Empoisonné, Jin va devoir faire face à ses démons tout en aidant les habitants d’Iki de se défaire de ces mongols dirigés par l’Aigle. Si la campagne peut se faire en quelques heures, nettoyer l’intégralité de l’île de toutes les missions et objectifs annexes vous prendra bien plus longtemps. Pour cela, le coût de l’extension pour ceux qui possèdent déjà le jeu est justifié.

Pour l’occasion les développeurs ont décidé d’ajouter quelques nouveautés histoire d’agrémenter l’aventure pour les vétérans qui ont déjà écumé l’île principale de Tsushima. Vous aurez ainsi droit à de nouveaux ennemis et de nouveaux personnages avec qui interagir pour tenter de vous défaire d’une véritable menace. Parmi les autres ajouts, on peut noter de nouveaux mouvements possibles comme charger les ennemis avec son cheval, de nouvelles épreuves comme le tir à l’arc, l’usage du grappin pour arracher des objets ou encore de nouvelles bestioles à cajoler. Il y aura aussi un type d’ennemi qui va rendre les ennemis plus résistants, les shamans. Il faudra les éliminer pour plus facilement vous défaire du reste des troupes. Cela va rappeler quelque chose à ceux qui jouaient à Ghost of Tsushima Legends 😉

Bref, Sucker Punch n’a pas foncièrement changé le gameplay mais y à ajouter quelques bonus et une intrigue qui étend l’univers du jeu. Personnellement, j’ai pris un plaisir à retourner sur le jeu – j’ai d’ailleurs dû malheureusement me refaire l’acte 1 et le début de l’acte 2 car j’avais perdu ma sauvegarde. Il faut d’ailleurs avoir entamé l’acte 2 pour accéder à cette nouvelle campagne. Autant dire que si vous n’aviez pas avancé sur le jeu principal, acheter l’extension n’est peut-être pas nécessaire dans l’immédiat.

Pour en revenir à ce Director’s Cut, outre l’extension fort sympathique et l’intégration dans le disque (ou le téléchargement) du mode multijoueur Ghost of Tsushima Legends, cette version propose également une mise à jour PS5. Celle-ci offre ainsi deux modes graphiques, performance et qualité. Et autant vous le dire de suite, j’ai du mal à comprendre l’intérêt du mode performance puisque, sur PS5, le mode qualité tourne quasiment tout le temps en 60FPS avec une résolution supérieure au mode performance. Cela concerne sans doute les joueurs sur PS4 Pro uniquement. Cette mise à jour utilise aussi le DualSense avec le retour haptique et les gâchettes adaptatives. C’est assez sympa. Enfin, la 3D Audio est également gérée. Il est à noter que cette mise à jour PS5 est également disponible séparément pour ceux qui ont déjà le jeu. Toutefois, Sony l’a rendu payante et honnêtement le prix demandé n’est pas justifié. Le jeu standard bénéficie déjà d’un mode permettant le 60FPS et si vous avez déjà terminé le jeu, je ne suis pas certain que les 10€ demandés vous feront refaire la campagne.

Au final ce Ghost of Tsushima Director’s Cut reste un excellent titre pour qui n’a pas déjà craqué l’an dernier. Pour les anciens, il est possible de passer le titre originel en Director’s Cut pour 20€ avec donc l’extension et les améliorations. si vous voulez la mise à jour PS5, il faudra ajouter 10€ en plus. A vous de savoir si vous voulez encore plus de paysages et d’adversaires à combattre avec votre katana.

Good

  • Une nouvelle île à écumer
  • De nouveaux mouvements de combat
  • Des environnements toujours aussi sublimes…

Bad

  • … enfin presque tout le temps. Parfois c'est un peu plat et terne
  • La mise à jour PS5 payante pas vraiment justifiée
  • Un accès pas forcément très clair depuis la campagne principale
8.5

Super

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Gamer sans être un hardcore, Michel joue à un peu tout même s'il a une préférence pour l'action.

Lost Password

Sign Up