L.A Noire – Film Noire pour nuits blanches

PS4 PS4 Pro Switch Tests Xbox One

La franchise Grand Theft Auto a soufflé cette année ses deux décennies d’existence, pourtant l’éditeur/développeur Rockstar ne limite pas son catalogue à cette seule saga. La preuve avec le remake d'un jeu d'action mâtiné d'aventure, qui a pas mal marqué les possesseurs de PlayStation 3 et Xbox 360 par son immersion dans un univers sulfureux !

Après avoir livré une adaptation des Guerriers de la Nuit (The Warriors), une simulation de Ping Pong, un jeu d’action en milieu scolaire (Bully) et un passionnant western spaghetti en monde ouvert, l’éditeur américain s’est aussi offert une splendide plongée dans un vrai film noire par l’intermédiaire des australiens de la Team Bondi. Le studio ayant depuis disparu après un développement plutôt « chaotique » et controversé, difficile d’espérer voir débouler une suite. Voilà sans doute pourquoi l’éditeur américain propose de redécouvrir cette pépite de la Xbox360 et de la PS3, légèrement remise au goût du jour pour nos machines HD ou 4K de salon… et même – chose étonnante – pour la Switch de Nintendo et prochainement en version VR sur HTC Vive. Disons-le franchement, si on trépigne d’impatience à l’idée de découvrir Red Dead Redemption 2, l’arrivée de ce remake n’était pas vraiment attendue… ni espérée.

L.A Noire est un jeu d’action-aventure à la troisième personne qui se déroule dans un monde ouvert calqué sur le Los Angeles d’après-guerre. Mais à la différence d’un GTA-Like pure souche, la trame scénaristique s’avère bien plus dirigiste. On y suit les enquêtes du très psychorigide Cole Phelps, un simple flic érigé au rang d’inspecteur de choc après avoir élucidé une banale affaire d’homicide. À contrario de l’enfant terrible de Rockstar, L.A Noire est aussi flanqué d’un rythme bien plus calme. Il catapulte le joueur dans des enquêtes redondantes qui consistent à ratisser la scène de crime à la recherche d’indices, interroger un témoin et coffrer un suspect pour le cuisiner au poste en employant les preuves glanées au fil de l’enquête. Entre temps, on se retrouve embarqué dans d’innombrables virées en caisses à travers la ville, dans des poursuites et « cavalcades » à travers les rues trop propres de Los Angeles, mais aussi dans des gunfights – un peu poussifs-  ou des mano-à-mano qui manquent de pêche. Vous voilà prévenus ! LA Noire tient davantage du polar à l’intrigue un tantinet cérébrale plutôt que du jeu d’action explosif au rythme frénétique. La principale innovation à l’époque fût son système d’animation faciale qui devait pousser le joueur à bien scruter les réactions des protagonistes lors des interrogatoires histoire de leur faire cracher le morceau.

En terme de réalisation, la version remaniée ou plutôt légèrement retouchée de L.A Noire n’inflige pas une claque monumentale comme lors de la sortie de l’originale sur Xbox 360 ou PlayStation 3. Paru à l’époque, en 2011, sur des consoles de salon poussées alors dans leurs derniers retranchements, le résultat aujourd’hui sur PlayStation4 laisse franchement perplexe. Si les environnements comme les protagonistes bénéficient de textures affinées, les modélisations des persos sont en revanche un chouïa datées. Par exemple, nous aurions aimé voir des personnages dotés de chevelures réalistes, plutôt que de simples textures capillaires appliquées sur des modèles parfois anguleux aux animations rigides. Certes les effets d’éclairages sont splendides, les expressions faciales des suspects lors des interrogatoires sont naturelles, les contours rugueux adoucis par de l’antialiasing et les reflets de l’environnement sur la carrosserie plus réalistes. Hélas, l’ensemble reste trop statique et artificiel, à l’image du monde ouvert dont les rues sont toujours loin d’être grouillantes de vie ou des doublages des acteurs dont les voix – en anglais sous-titré – sonnent trop l’enregistrement en studio. Heureusement sur PS4 comme sur PS4 Pro le jeu peut se vanter d’offrir lors des virées en voiture une distance d’affichage plus appréciable que par le passé – ou sur Switch – et une fluidité à toute épreuve, même si les déplacements et mouvements du héros agacent toujours par leur lourdeur lorsqu’on passe une scène de crime au peigne fin.

Six ans après sa sortie, le jeu garde malgré son côté rigide un charme certain car il est unique avec une thématique quasiment jamais utilisée ! A notre sens, ce que nous sanctionnons ici c’est surtout le portage un peu fainéant effectué par Rockstar Games. La claque graphique espérée n’est finalement pas au rendez-vous même en 4K !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Good

  • Des graphismes aux textures un chouia plus nettes...
  • Des phases variées mais redondantes
  • Une intrigue assez longue

Bad

  • ... globalement la réalisation est à peine retouchée
  • 30Go en version standard, 69Go en version 4K
  • C'est quand même ultra dirigiste et pas très funky
6

Correct

Parisien, ex-journaliste et ex-globe-trotter mais toujours papa, passionné, joueur, collectionneur, technophile et nostalgeek.
LIFE IS SHORT PLAY MORE

Average User Rating
6.6
8 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up