Mega Man X Legacy Collection 1 & 2 – Rockman Horror Picture Show

PC PS4 PS4 Pro Switch Tests Xbox One Xbox One X

Jusqu’à présent Capcom semblait bien parti pour avoir loupé le trentième anniversaire de son homme de fer préféré. Mais c’était mal connaître l’éditeur/développeur d’Osaka qui nous ressort de sous son grand chapeau une anthologie de la saga Megaman X étalée sur deux compilations : carrément !

La mémoire est une amie cruelle ! Si comme moi vous pensiez que la franchise Mega Man X avait été la chasse gardée de la ludothèque de la  SNES, alors détrompez-vous! En effet, les aventures de X (Mega Man/Rockman) s’étalent en vérité sur pas moins de huit épisodes, sans compter les spin off, parus entre 1993 et 2004… sur trois plateformes différentes. Onze années durant lesquelles notre petit robot justicier a fait ses premières armes sur SNES, puis après avoir quitté le giron de Nintendo, il a fait une apparition fugace sur la 32bit de Sony avant de poursuivre et d’achever sa carrière sur l’inoubliable PS2. Voilà en résumé à quoi vous devez vous attendre avec cette/ces compilation(s) disponible(s) uniquement en téléchargement sur le store de votre console ou par le biais de Steam sur PC. Pas question de décortiquer chacun des titres de la saga. Rappelons simplement que les versions les plus anciennes issues de la SNES et de la PlayStation, présentes sur la première compilation, invitent à incarner Mega Man/X ou le plus charismatique Zero (Z de son p’tit nom). Quant aux moutures exclusives à la PlayStation 2, livrées dans la seconde compil’, elles offrent – à partir du septième épisode– de suivre les péripéties de trois de ces cyber justiciers. Si la forme change, puisque l’on est passé de la jolie 2D à l’ère de la SNES, à de la 3D vue de profil plus spectaculaire sur les deux derniers opus PS2 (avec quelques changements d’angles pandémonesques), le fond lui reste identique. Bien qu’un peu plus linéaires que les Mega Man d’antan sortis sur NES, les opus de la série X restent pourtant basés sur une recette aux ingrédients identiques. Ainsi ils invitent toujours à blaster des myriades de robots renégats et à se lancer dans d’intenses séances de plateforme aux sauts millimétrés et aux timings serrés. Les ennemis réapparaissent inlassablement lorsqu’on revient en arrière et, généralement, ils laissent tomber des items curateurs ou des réserves d’énergies pour alimenter les pouvoirs spéciaux, qui s’obtiennent à chaque boss trucidé. L’aptitude offensive ou défensive fraichement conférée par un boss permet de résister aux attaques ou de vampiriser plus rapidement la jauge de vitalité d’un autre gardien de fin de level. Mais avant d’affronter ce dernier en combat singulier, il faut traverser différents environnements (jungle, ville, plage…) remplis d’ennemis et parsemés de pièges acérés ou de gouffres insondables. Plus agile que le Mega Man des débuts, X (comme ses alliés Axl et Zero) peut s’élancer dans les airs en employant un dash aérien, réaliser l’ascension de parois verticales en sautillant et il peut freiner sa chute en s’agrippant à un mur comme à une plateforme. En résumé, ces compilations estampillées Mega Man X offrent de la plateforme de haute volée, du run and gun bien nerveux, à l’ancienne, pur… et dur. Histoire de rendre ces compilations plus accessibles aux nouveaux venus, notez que Capcom propose un mode débutant pour chacun de ces titres. L’occasion de pouvoir (re)découvrir ces huit volets de Mega Man X en profitant d’une jaune de vie renforcée et d’un nombre de vie accru. Malgré un niveau de difficulté drastiquement diminué, rien n’empêche de mourir honteusement écrasé entre deux parois en traînant la patte lors d’une ascension d’un mur ou de disparaître au fond d’un gouffre. Méfiance !  Loin de recycler bêtement la huitaine de jeux de la saga, qui accuse quand même quatorze ans d’âge pour le titre le plus « récent », Capcom a doté la Mega Man X Legacy Collection d’un mode Boss Battle intitulé X Challenge. Ce challenge chronométré offre d’affronter simultanément des équipes de deux boss issus des différents volets de la franchise et dotés de pouvoirs similaires (glace, feu…)… et le joueur doit les terrasser en moins de dix minutes. Bon courage ! Mieux vaut sélectionner soigneusement son équipement (pouvoirs) avant de partir au combat pour se retrouver à coup sûr dans les hautes sphères du classement.  Afin de célébrer dignement ce trentième anniversaire de Mega Man, ces compilations offrent de nombreuses autres mignardises… bonus. En sus des inévitables lecteur audio pour réecouter les splendides musiques en boucle ou les galeries d’images et d’artworks, le titre offre aussi la possibilité de switcher de la version US vers la version JAP ou d’avoir la prise en charge du français – et de bien d’autres langues – avec les deux derniers volets parus sur PS2. Capcom n’a bien sûr pas oublié les collectionneurs. Il leur offre de pouvoir baver d’envie devant de belles galeries de goodies et autres « carddass » tout aussi collector parues sur le sol béni de l’archipel Nippon. Dommage, le contenu bonus est quasiment identique sur les deux compilations et d’ailleurs on retrouve le même court métrage animé intitulé le Jour de Sigma qui revient sur la révolte des Mavericks, les robots renégats. Généreux, Capcom n’en reste pas moins un tantinet flemmard… il suffit pour cela de s’attarder sur la réalisation graphique ! Loin d’avoir livré des remakes, Capcom semble nous avoir ressorti plutôt les versions d’antan du placard. C’est flagrant lorsqu’on se retrouve dans un opus SNES de Mega Man X et que face à quatre ennemis l’animation accuse alors un sérieux coup de mou. Un peu frustrant, certes, mais tellement fidèle aux ralentissements propres aux bonnes vieilles 16bit de Nintendo. En sus de proposer le rendu pixelisé d’origine, notez que le titre comporte quelques fonctionnalités pour adapter les proportions de l’image à nos écrans 16/9ème et lisser l’image ou ajouter des scanlines. Les amateurs de rétrogaming apprécieront. Côté maniabilité, l’expérience s’est avérée être plaisante au joystick analogique sur Xbox One car même le MegamanX de base s’est avéré assez réactif. Notre avis est en revanche plus mitigé quant à Mega Man X7, premier opus en 3D paru sur PS2, qui agace un peu trop la rigidité de ses persos. Ceux qui aiment la jouer rétro ne seront pas déçus, ces compilation devraient les combler de bonheur même s’il manque quelques fonctionnalités sympathiques comme le rewind ou la sauvegarde à volonté. Mais à moins de 40€ les deux compil difficile de bouder son plaisir.

Good

  • L'intégralité des épisodes Megaman X
  • A un tarif raisonnable
  • Toujours prenant et le boss run est réussi

Bad

  • L’épisode PS1 visuellement ça pique
  • De l’émulation pas des remakes
  • Un peu redondant
7

Bon

Ex journaliste, feu globe-trotter à plein temps, papa, technophile, gamer et retrogamer depuis toujours. Adorateur du HDMI, Grand Manitou du VGA et chevalier de l'Ordre de la Péritel. Aime la 32X, voulait croire en la Jaguar et la WiiU. A commencé dans la presse mag jeux vidéo en 2005.
Average User Rating
7.5
1 vote
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up