Sonic Colours Ultimate – La vie en couleurs  

PS4 PS4 Pro PS5 Switch Tests Xbox One Xbox One X Xbox Series S Xbox Series X

Vous pensiez franchement que SEGA allait rater une occasion de célébrer le trentième anniversaire de sa célèbre mascotte ? C’est mal connaître ce coquin de SEGA ! Champagne ?

L’an dernier nous célébrions les 60 ans d’existence de SEGA, cette année c’est Sonic qui – du haut de ses trente balais – entre enfin dans l’âge de raison. Joie, Bonheur et Happy Birthday ? Raté c’était en juin ! Plutôt que de nous mitonner un épisode inédit,  l’ex firme de Haneda se paie le luxe de ressortir d’un vieux tiroir un Sonic Colours qui s’était cantonné à l’époque à la Wii. C’est parti pour un petit remember ! Pour mémoire Sonic Colours sorti en 2010 était le troisième des trois titres Sonic exclusifs à la Wii. Après The Secret Rings au pays des mille et une nuits paru au lancement de la Wii et un Black Knight au temps de la Table Ronde qui n’a malheureusement pas intéressé grand monde, Colours troquait le contrôle par mouvement pour une jouabilité plus conventionnelle. Le titre nous revient dans une version Ultimate qui a été testé sur Nintendo Switch par l’intermédiaire d’une version transmise par l’éditeur. Merci à lui !

Le pitch de cette aventure ? Le Docteur Eggman /Robotnik inaugure un Parc d’attraction orbital et Sonic (accompagné de Tails le renard) va tenter de contrecarrer une énième fois les plans secrets du savant fou moustachu. Le bonhomme s’est mis en tête d’utiliser l’énergie vitale de sympathiques petits aliens  – les Wisps – pour alimenter en énergie une de ses machineries infernales. Comme souvent dans les Sonic, le périple se déroule à travers plusieurs mondes (univers sucré, aquatique/Asie, intergalactique…) qui obligent à composer avec des mécaniques propres à chaque monde. Sonic Colours Ultimate se présente sous la forme d’un jeu de plateforme dynamique. Contrairement à l’excellent épisode Sonic Générations de 2011, ici pas de levels en 3D ou en 2D (ou plutôt en 3D vue de profil) puisque l’on passe d’une perspective à une autre en cours de partie. À l’écran, le résultat est assez pêchu et nerveux. Particularité de cet épisode Colours, il oblige Sonic à recourir aux pouvoirs des Wisps placés sur son chemin pour progresser à travers les levels. En touchant les aliens colorés notre hérisson bleu se transforme temporairement en foreuse, en une bête sauvage qui brise tout sur son passage, en laser rebondissant voire aussi en poids lourd qui détruit les blocs friables des alentours. Et la quête des émeraudes du Chaos ? Elle semble avoir été relégué à des stages « bonus »situés en marge de l’aventure principale. D’ailleurs on collecte lors de la folle traversée des niveaux des médaillons qui permettent de personnaliser l’équipement (gants, chaussures…) de notre hérisson ou de s’offrir une image d’avatar inédite. Heureusement en l’état, sans ces fioritures cosmétiques, Sonic Colours Ultimate présente tous les aspects d’un bon Sonic pur jus. Comprenez que l’action (en 2D ou 3D) repose toujours sur un cocktail savamment dosé d’action et de plateforme où il s’agit de sauter sur les ennemis et sur des bumpers de ramasser des Rings et de foncer à toute vibure vers l’arrivée. Chacun des mondes est constitué de stages plus petits qui varient les plaisirs en inversant la gravité ou en imposant différents challenges comme se sortir de niveaux labyrinthiques ou éliminer tous les ennemis. Évidemment on débloque l’accès à d’autres mondes par l’affrontement avec un boss, en l’occurrence Eggman ou ses acolytes robotiques. Si les affrontements sont spectaculaires, ils sont aussi assez brouillons. Et c’est sans doute là que le bât blesse, la jouabilité de ce Sonic donne l’impression d’être parfois un chouia trop approximative et l’on crève souvent. Heureusement le jeu offre des vies illimitées et l’on recommence l’aventure depuis un point de contrôle (tourniquets) soit depuis un point un peu plus proche pourvu que l’on a en poche quelques assistances de Tails. Pratiques mais pas toujours indispensables lorsque l’on respawn à quelques pas d’un point de passage.

Techniquement, Sonic Colours était l’un des jeux les plus abouti de la Wii. Sur Switch on est agréablement surpris par le bon niveau de détail (finesse des textures, nombreuses animations en arrière plan ou en bordure des levels…) , la distance d’affichage assez lointaine et la fluidité relativement constante de l’action. Le bougre a conservé de beaux restes et semble encore plus beau détaillé, coloré (normal) et profite d’une résolution améliorée ainsi que d’un anti-aliasing efficace. En plus d’être joli, il ne se prive pas d’en mettre plein les yeux par des caméras renversantes et un effet de flou terriblement grisant ! Visuellement réussi, Sonic Colours Ultimate – comme son ancêtre sur Wii – ne déçoit vraiment que par le manque de lisibilité de certaines phases de plateformes en 2D où la caméra est trop éloignée de l’action. Un mot sur la maniabilité, pas au top de l’intuitivité on s’étonne du placement de la touche dévolue à la glissade… par défaut. Heureusement le jeu permet de configurer les commandes à sa guise ! Signalons aussi que le titre imposait des temps de chargements assez longuets et que la dernière mise à jour –  obtenue peu avant que ces lignes soient écrites – semble les avoir écourté. En revanche cette update salvatrice n’a pas corrigé un bug audio qui affecte les cut scenes lorsque la Switch est nichée dans son dock les protagonistes pourtant gouailleurs sont aphones. Une fois la console hors de son berceau, en mode portable donc, on entend sans problème Sonic, Tails et les autres. D’ailleurs le jeu bénéficie d’une excellente VF Intégrale tant dans les doublages que dans les menus. Achevons le tour du proprio en parlant des effets sonores et musiques. Dans la veine d’un bon Sonic Aventure, Sonic Colours Ultimate régale nos tympans par des effet sonores inusables et des thèmes énergiques et entraînants. Du bonheur pour les cages à miel !

Quel plaisir de redécouvrir Sonic Colours par l’intermédiaire de cette version  Ultimate ! Plus beau, plus pêchu, un bon volet des aventures du hérisson bleu, pas parfait, mais qui n’est pas flanqué de défauts si rédhibitoires ! Une expérience fun et sympa, vendue à un tarif relativement acceptable.

Good

  • Enfin Sonic Colours pour tous,une expérience fun et grisante
  • Il arrive encore à régaler les mirettes des fans de Sonic
  • La VF de qualité (en mode portable) et les musiques

Bad

  • Les voix inaudibles des cinématiques en mode dock sur Switch
  • Les temps de chargement avant patch
  • Pas toujours hyper lisible, ni très maniable
7.8

Bon

Ex journaliste, feu globe-trotter à plein temps, papa, technophile, gamer et retrogamer depuis toujours. Adorateur du HDMI, Grand Manitou du VGA et chevalier de l'Ordre de la Péritel. Aime la 32X, voulait croire en la Jaguar et la WiiU. A commencé dans la presse mag jeux vidéo en 2005.

Lost Password

Sign Up