Star Wars Jedi Fallen Order – Produit dérivé

PC PS4 PS4 Pro Tests Xbox One Xbox One X

Le dernier volet de la troisième trilogie se prépare à débarquer en cette fin d’année sur les grands écrans, un brin opportunistes EA et les créateurs de Titanfall lâchent à temps leur dernière production pour profiter de « l’engouement ». Voilà un jour qui restera dans les annales de l’Empire ?

De la 3D en fil de fer de Star Wars sur Atari VCS aux confrontations dantesques des Battlefront sur les bécanes HD, en passant par les beaux pixels colorés de Super Star Wars sur SNES, la franchise  de George Lucas traverse les décennies en variant les genres comme les plaisirs. Voyez par vous même. Loin de s’être cantonné à un seul type de gameplay, nous avons eu le droit à du RTS, du RPG, de la course, de la baston, du FPS ou encore de l’action praticable en solo comme en multijoueur, sans oublier aussi de l’aventure Zeldaesque (Yoda Stories on pense à toi). Dans l’ensemble, la saga peut se vanter d’avoir bénéficié – presque toujours – d’adaptations d’excellente facture. Les derniers exemples  en date sont évidemment les Battlefront de chez Dice ainsi que les deux opus du Pouvoir de la Force édités par Activision. Si EA est toujours de la partie, cette fois c’est le studio Respawn qui a planché sur ce Star Wars Jedi Fallen Order. Pas de raison d’être déchu ?

Plutôt que de nous divulgacher (spoiler en français dans le texte) le scénario de l’Episode IX, le jeu invite à suivre les péripéties d’un nouveau protagoniste, Cal Kestis. Ce rescapé de l’ordre 66- simple Padawaan à l’époque de la grande purge –  a vécu dans la clandestinité parmi des ferrailleurs sur un monde reculé. Hélas il révèle par accident ses talents de Jedi suite à une inspection d’une unité d’élite de  l’Empire visiblement initiée à l’utilisation de la Force. Oui il s’agit d’affronter l’Empire et non le Premier Ordre. Car au lieu de venir combler le vide intersidéral laissé entre la Bataille d’Endor et les aventures de Rey, le scénario de ce jeu vient se nicher une fois de plus entre les événements de la seconde trilogie et les premiers exploits de Luke. L’occasion de voir le résistant Saw Guerrera en bien meilleur état que dans le film Rogue One et de hacher menu de l’Imperial (et ses différentes variantes de troopers) plutôt que du clone de la République. Le scénario en profite aussi pour nous coller deux nouveaux compagnons, un nouveau vaisseau, évidemment moins classieux qu’un « Millenium Condor » ainsi qu’un droïde inédit BD-1. Loin d’être un boulet, contrairement à un C3PO, le petit robot vient se poser sur l’épaule du héros afin de lui donner accès à une map holographique ou de décrypter certains éléments de l’environnement. Voilà qui est bien plus utile qu’un droïde protocolaire !

Si Jedi Knight boxait dans la catégorie de l’action FPS et Force Unleashed du côté de la plateforme action, ce Star Wars Jedi Fallen Order s’apparente davantage à un jeu d’action aventure pur jus des années 2010. Comprenez par là que les développeurs de chez Respawn se sont résolument inspirés du dernier reboot en date de Tomb Raider voire d’Uncharted pour catapulter le joueur dans une aventure à la mise en scène spectaculaire, au rythme parfois frénétique … mais assez souvent mou du genou. Ici pas question de suivre une aventure linéaire et bien rythmée. Le jeu impose plutôt de crapahuter à travers un immense niveau jusqu’à un objectif puis de rebrousser chemin afin de regagner le vaisseau. Côté environnements le titre offre aussi bien des lieux inédits ou tirés des films. De par son aspect exploration et ses segments de levels accessibles une fois que l’on a obtenu un pouvoir Jedi spécifique, le jeu fait furieusement penser aux Metroid Prime sortis à l’époque sur GameCube et Wii. Pour les combats, en revanche le jeu semble davantage lorgner du côté d’un Dark Souls bien punitif. En effet, pas question de taper à l’aveugle sur les ennemis ! Si on a vite fait d’occire un simple stormtrooper, en lui renvoyant ses tirs de blaster, de roquette ou en lui tailladant le buffet à grands coups de sabre laser, d’autres troopers – taillés pour le combat rapproché – nécessitent d’adopter une stratégie d’attaque plus réfléchie, plus subtile. Il faut vraiment tirer partie des aptitudes au combat de notre aspirant Jedi, en esquivant ou en parant les attaques ou en recourant à la Force à bon escient. En sus de devoir composer avec les bidasses impériaux, notez que le titre impose aussi de botter régulièrement l’arrière train à des bestioles autochtones dont les apparitions sont souvent scriptées comme sur du papier à musique. Pour être honnête, il est assez frustrant de survivre aux assauts des troupes de choc de l’Empire ou à un duel assez épique face à un AT-ST, et de mourir lamentablement sous la charge d’un vulgaire bouquetin extra-terrestre.

Afin de remplir un peu sa jauge de santé lors des moments les plus critiques, notre héros peut compter sur son droïde pour lui insuffler à la demande une dose de substance revigorante dans le feu de l’action. Bref ce tas de ferraille a plus d’un tour dans son sac, hélas, il ne peut transporter qu’un nombre très limité de ces items guérisseurs qu’il est heureusement possible de recharger à des points de sauvegarde… à double tranchant. Si ces checkpoints offrent d’améliorer les caractéristiques et d’acquérir de nouvelles compétences (par le biais de points de talents engrangés lors de l’aventure), ils permettent aussi – donc – de refaire le plein d’énergie et d’objets curateurs. Cependant dans ce second cas, tous les ennemis vaincus réapparaissent comme par enchantement. Voilà qui est agaçant hein !? Si le titre a puisé pas mal de son inspiration chez Naughty Dog/ Crystal Dynamics comme chez From Software, les gens de chez Respawn Entertainment sont quand même parvenu à inclure l’un des célèbres gimmick de Titanfall en permettant à Cal Kestis de courir majestueusement le long des murs et des parois. Au final en terme de gameplay. On se retrouve avec un jeu d’aventure à la troisième personne un tantinet ambivalent. La dernière production de chez EA est  capable d’offrir des scènes d’action spectaculaires et fabuleuses, des phases de plateforme/exploration longuettes pas forcément palpitantes – parfois davantage plombées par des énigmes – et des combats  « trop » exigeants dont on ressort assez difficilement sans se prendre quelques mauvais coups au passage. Un conseil, lorsque c’est possible : fuyez pauvres fous !

Techniquement, Jedi Fallen Order carbure à la dernière mouture de l’Unreal Engine. Il peut se vanter d’être l’un des plus jolis jeu de cette fin d’année, même si les expressions faciales des protagonistes lors des cinématiques font preuve d’un léger manque de naturel. Les différents niveaux en revanche ne pâtissent pas de fautes de goût. Ainsi on crapahute à travers des environnements un chouia ternes, certes, mais qui ont le mérite d’être détaillés et d’offrir une distance d’affichage très respectable donnant ainsi l’illusion d’arpenter parfois un monde ouvert. Même si en pratique on alterne le plus souvent entre espace clos et passages à l’air libre. Passé des temps de chargements un poils trop longs, le jeu de Respawn a le mérite de bien tourner sur la PS4 ayant servie au test et il délecte nos mirettes par les modélisations soignées de son bestiaire… même si les bestioles alien affichent parfois des allures assez grotesques. Que les plus francophiles se réjouissent, comprenez les flemmards de la VO sous-titrée, le jeu est intégralement dans notre belle langue langue. Aussi bien au niveau des textes que des voix. Achevons ce rapide tour du propriétaire sur PS4, en précisant que si le titre propose quelques titres mythiques de la saga, il propose aussi quelques compositions originales assez dignes de celles d’un John Williams.     

Les aspirants Jedi en quête d’un jeu d’action nerveux et spectaculaire doivent revoir leurs ambitions à la baisse ! S’il ne manque pas de scènes et de combats épiques, Jedi Fall Order voit son rythme régulièrement plombé par d’ennuyeuses phases d’exploration et des combats un tantinet exigeants qui virent au pugilat. La franchise Star Wars enfante d’un bon et sympathique rejeton qui est cependant loin de tutoyer l’excellence.

Good

  • Une histoire originale
  • Une réalisation graphique qui en met plein les yeux
  • Pas de multi, une aventure à savourer uniquement en solo
  • Du bonheur pour les oreilles, la VF intégrale

Bad

  • Une aventure mal rythmée, qui a le cul entre deux ou trois chaises ?
  • Une épopée qui se traîne, des temps de chargements qui mettent à rude épreuve la patience des Jedi les plus sages…
7

Bon

Ex journaliste, feu globe-trotter à plein temps, papa, technophile, gamer et retrogamer depuis toujours. Adorateur du HDMI, Grand Manitou du VGA et chevalier de l'Ordre de la Péritel. Aime la 32X, voulait croire en la Jaguar et la WiiU. A commencé dans la presse mag jeux vidéo en 2005.
Average User Rating
5.3
2 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up