Yakuza 0 – Zéro plus zéro égale la tête a Goro

PC Tests

Les PéCéistes extrémistes, allergiques aux consoles de salon de chez Sony, n'ont plus aucune excuse pour ne pas s'embarquer dans les premiers exploits crapuleux de Kazuma Kiryu et de Goro Majima. Ce titre sortant presqu'un an et demi après la version PS4, Sega offre aux joueurs PC une séance de rattrapage, difficilement refusable...

Si vous êtes passé à côté de cette licence lancée en 2005 sur PS2, inutile de faire la moue ou de l’avoir mauvaise ! Cet épisode 0 déjà paru sur PlayStation 4 en début d’année dernière (du moins par chez nous) s’impose comme un prologue à la saga Yakuza ! A l’instar de la mouture console, SEGA n’a malheureusement pas mis à profit cette longue attente pour peaufiner l’adaptation de Yakuza 0. Ainsi le jeu ne dispose que de voix en japonais et surtout (ô hérésie) des textes et des sous-titres en anglais. Frustrant ! A moins d’être peu pratiquant de la langue de la Perfide Albion, rien ne vous empêche de tenter l’expérience. Comment les « précédents » volets sortis sur console, ce titre invite le joueur à s’immerger dans les quartiers chauds de Tokyo mais aussi d’Osaka en suivant les péripéties de Kazuma et Goro. Les protagonistes les plus charismatiques de la saga Yakuza… mais pas forcément les mieux sapés.  Si nos bad boys sont affublés de fringues kitsch à souhait, les antagonistes comme les habitués des quartiers mal famés arborent quant à eux des looks tout aussi flashy et excentriques qui flirtent parfois avec les limites du mauvais goût : Bienvenue dans le Japon de décembre 1988 ! Âge d’or de la sulfureuse Madonna, de SEGA en arcade, et qui avait d’ailleurs tout juste lancé sa 16bit, la Megadrive, sur l’archipel !

Même en se bornant à suivre la  » quête principale  » on crapahute à travers des dédales constitués d’enchevêtrements de ruelles sombres, de coupe-gorges, qui débouchent sur des artères surpeuplées éclairées par des enseignes aux néons flashy. Impossible de ne pas se laisser distraire par des activités plus ou moins recommandables – billard, baseball, jeux d’arcade, course de voitures électriques, pari sur catch féminin, gérance d’un bar à hôtesses -, voire par des quêtes annexes et de fréquents combats de rue. Préparez-vous à êtres confrontés à des hordes de yakuzas, des bandes de petites frappes enragées… et même des fêtards passablement éméchés. Loin d’être sans défenses, nos héros peuvent employer trois types de techniques de combat entre lesquelles ils doivent switcher pour se débarrasser des ennemis massifs, rapides, toujours plus nombreux et parfois lourdement armés. Comme les techniques peuvent être améliorées et étoffées grâce à l’argent remporté lors des activités principales et annexes, difficile de ne pas chercher à engranger davantage d’espèces sonnantes. Mais prenez garde aux détrousseurs qui sillonnent les rues, fuyez-les comme la peste ! Ces armoires à glace patibulaires ont vite fait d’envoyer Kazuma ou Goro au tapis afin de les délester de leur butin.  Reposant toujours sur un subtil cocktail d’exploration et de castagne (façon Beat Them All), Yakuza 0 est aussi fréquemment ponctué d’innombrable cinématiques et phases de dialogues soignées. Au fil des chapitres, elles font apparaître une intrigue complexe et captivante d’une trentaine d’heures, qui s’avère riche en cliffhangers et rebondissements.

Sur le plan technique, la version PC de Yakuza 0 est loin d’atteindre la perfection. A l’instar de la mouture PS4, elle se trimballe en vérité le lourd héritage de la version PS3, puisque le jeu avait d’abord été lancé sur cette machine alors en fin de vie. A peine amélioré pour la PlayStation4, le titre bénéficiait déjà de quelques optimisations cosmétiques que l’on retrouve aujourd’hui sur PC comme un effet de flou de profondeur ou du flou au premier plan. Si les principaux protagonistes sont assez détaillés, en revanche les seconds couteaux comme les habitants qui déambulent dans les rues sont toujours bien moins lotis, car flanqués de textures et modélisations plus sommaires. Le titre n’utilisant pas le moteur graphique de Yakuza 6, le Dragon Engine cousu main pour la PS4, on est loin d’en prendre plein les yeux ! Pourtant cette version destinée au PC a été soignée aux petits oignons et n’exige pas une carte graphique monstrueuse de dernière génération. Sur un modeste Core i5 cadencé à 3.4GHz, épaulé par une GTX 1060 et 16Go de RAM, le titre offre des temps de chargements courts, bien plus supportables que sur console. Sur la machine carburant au Windows, le jeu bénéficie aussi d’un rendu visuel bien plus net et précis, grâce aux joies de l’antialasing, et il mouline à 60 images par seconde sans faiblir. Oublié l’inévitable couple clavier/souris du pécéiste pur souche, Yakuza 0 est un jeu qui se doit d’être savouré au pad ! C’est pas moi qui le dit c’est l’écran titre ! Pour le coup, on a ressorti d’un vieux tiroir le bon vieux gamepad filaire de la « Xbox360 » afin d’enchaîner avec maestria les combos, les QTE et mini jeux de rythme. Si la version PC surpasse la mouture PS4 sur une machine relativement assez musclée, on déplore tout de même une certaine rigidité dans l’animation des persos (surtout lors des cinématiques in game) et un manque de volume au niveau des textures.

Malgré sa réalisation un tantinet datée, Yakuza 0 s’impose comme un prélude réussi qui donnera envie aux joueurs PC de s’immerger dans les autres épisodes de la saga. Un jeu d’aventure mâtiné de Beat Them All destiné aux amateurs de jeux à l’action musclée et aux scénarios riches en rebondissement. Vendu moins d’une vingtaine d’euros difficile de passer à côté de ce Yakuza 0 !

Good

  • Plus fluide et plus net que sur PS4
  • Un scénario captivant, deux héros attachants
  • Moins de 20€ un tarif en béton armé

Bad

  • Des PNJ et bad guys assez moches
  • Des animations assez rigides
  • Un an d'attente pour Kiwami sur PC
7.9

Bon

Parisien, ex journaliste, feu globe-trotter (à plein temps), papa, passionné, joueur, collectionneur, technophile THE GAME IS ON
Average User Rating
0
0 votes
Rate
Submit
Your Rating
0

Lost Password

Sign Up