God of War

Jeux PS4 PS4 Pro
Follow

Père & fils pour une nouvelle direction pour God of War

Père & fils pour une nouvelle direction pour God of War

Depuis sa création en 2005, God of War a été un titre phare dans la logithèque de Sony et ses différentes consoles aussi bien PS2, PS3 que PSP. Kratos est devenu un des icônes de la marque. Toutefois, tous les titres avaient conservé la même approche et un gameplay similaire. Avec ce nouveau God of War sur PS4, l’équipe de Santa Monica Studio prend une nouvelle direction qui n’est pas pour déplaire.

Sony Interactive Entertainment France avait convié la presse il y a quelques jours pour découvrir les premières heures du jeu en compagnie de Cory Balrog, le directeur créatif du jeu. Après une petite introduction et quelques conseils de leur part, je me suis lancé dans cette nouvelle aventure avec plaisir.

J’ai toujours été fan de la série en raison de sa thématique – la mythologie grecque -, de son gameplay de hack’n slash avec un peu de plateforme et pour son approche visuel avec notamment ses plans très larges montrant l’immensité des niveaux et des adverses alors qu’on incarne Kratos aux proportions humaines. Tous les épisodes reposaient sur cette direction artistique et ludique y compris les deux développés par Ready at Dawn sur PSP (sublimes pour la portable de Sony).

Mais après 13 ans de ce traitement, l’équipe de Santa Monica Studio semble avoir saturée et a décidé de prendre une nouvelle direction. Lors de sa première présentation à l’E3 2016, ce nouveau God of War avait surpris. Fini les plans de caméra large pour une approche plus intimiste et proche qui rappelle les Uncharted. S’il reste foncièrement un beat’em all, ce nouveau God of War est plus scénarisé, plus personnel et aussi plus « in your face ». On se sent rapidement plus impliqué non seulement par le scénario avec les échanges entre le père et le fils mais également plus impliqué lors des combats qui restent le coeur du gameplay et maintiennent leur brutalité.

Dès les premières minutes, le jeu m’a semblé familier puisqu’une partie avait déjà été montré. On découvre un Kratos vieilli accompagné de son fiston Atreus vivant dans une simple chaumière au milieu d’un forêt luxuriante mais dans un climat hivernal. Avec la caméra juste derrière le héros, on part dans une sorte de voyage initiatique où Kratos tente d’apprendre à Atreus à devenir un homme. Si le jeu peut paraître un brin dirigiste à l’instar des Uncharted, il permet de l’exploration afin de trouver divers objets, secrets et bonus. Et honnêtement, vu la beauté de l’environnement créé par les graphistes de Santa Monica Studio, il n’est pas très difficile de se laisser à de l’exploration d’autant que, comme les anciens volets, les séquences de combat sont bien distinctes dans la progression de l’aventure. Eliminez X ennemis et vous serez tranquille pour un moment.

La démo durait environ 2h30 de quoi découvrir le début du scénario et permet de découvrir le gameplay. Si j’avais un petit doute au début – ce nouvel angle de vue pouvait rendre le jeu trop mou – dès les premiers combats, j’ai retrouvé quelques automatismes. C’est toujours aussi brutal – voire plus – et jouissif. Le système de combat laisse penser à un jeu simpliste mais, au fur et à mesure qu’on apprend de nouveaux coups et combos, on peut très aisément imaginer ce que le reste du jeu va réserver en terme de tactiques de combat nécessaires pour se débarrasser des ennemis et des boss.

Et pour cela le nouvel outil de Kratos est une hache pas si innocente que cela. Elle fonctionne comme le marteau de Thor à savoir que non seulement Kratos peut s’en servir pour trancher les ennemis mais également en arme de jet qui peut être rappelé à tout moment. Cela est pratique pour éliminer certains ennemis à distance mais le jeu pousse aussi à la résolution de petites énigmes en utilisant cette capacité. L’équipement de Kratos évolue au fil du jeu ainsi que son look en fonction de ce qu’on trouve et récupère. On peut donc aisément imaginer que d’autres armes feront leur apparition au cours de l’aventure (sa double lame avec des chaînes me manquait un peu :p). Acheter ou crafter de nouveaux équipements chez certains PNJ est prévu. Cet aspect RPG dépend d’une devise que vous trouverez ça et là (NDLR : Non il n’y a pas de micro-transactions dans ce jeu). A vous de les dépenser pour améliorer armes et armures. Les points XP serviront à débloquer de nouveaux coups pour étoffer les techniques de combat de Kratos.

La relation père/fils n’est pas uniquement scénaristique même si sur ce point, le travail cinématographique, la narration et les cinématiques font leur job de très belle manière. En effet, on peut contrôler un peu Atreus. Il est possible de lui donner de simples ordres comme tirer/attaquer une cible ou encore l’envoyer ouvrir la voie. Plus encore, Atreus vous parle souvent et peu ainsi vous dire de faire attention à des ennemis dans votre dos. S’il ne peut pas mourir, Atreus peut toutefois être souvent attaqué. Il faudra alors le relever et cela affectera par conséquent votre stratégie de combat.

Cette démo pratiquée sur PS4 Pro dure environ le dixième du jeu complet et si le jeu final parvient à maintenir l’intensité et l’intérêt scénaristique jusqu’au bout – je me suis posé bien des questions avec cette preview et j’espère avoir les réponses bientôt – God of War va être alors une fois encore une de ces superproductions incontournables chez Sony. Sans doute de quoi attirer des joueurs qui n’auraient pas encore une PS4.

God of War est prévu pour le 20 avril 2018 sur PS4.

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Gamer sans être un hardcore, Michel joue à un peu tout même s'il a une préférence pour l'action. Après Shadow of the Colossus, il se prépare pour un autre remaster, Burnout Paradise Remastered.

Laissez un commentaire

Lost Password

Sign Up