DJI annonce le DJI Pocket 2, le successeur de l’Osmo Pocket

DJI annonce le DJI Pocket 2, le successeur de l’Osmo Pocket

DJI a nombre de produits à lancer ces derniers temps. Outre ses nouveaux gimbals, le constructeur sort une nouvelle version de son Osmo Pocket un outil très intéressant pour tous les youtubers en herbe qui veulent un ensemble caméra/stabilisateur de poche.

A l’instar de ses gimbals RS2 et RSC2, DJI a décidé de simplifier son marketing. De ce fait ce successeur à l’Osmo Pocket se nomme tout simplement DJI Pocket 2.

DJI avait lancé ce concept il y a presque deux ans avec l’Osmo Pocket. Le concept était de proposer une caméra monté sur un stabilisateur 3 axes avec une poignée intégrant un écran de retour, des contrôles, du stockage via carte microSD et une batterie. Le concept était inédit et le résultat assez bluffant compte tenu de sa taille. En effet, l’Osmo Pocket tenait largement dans une poche. C’était le compagnon idéal des youtubers nomades ou de tout utilisateur cherchant à aller un peu plus loin dans la vidéo que via simplement son smartphone. Personnellement, il me servait pour prendre des plans rapides sans se trimballer tout mon attirail. Il m’a été aussi utile pour filmer des timelapses sans se fatiguer.

Pour cette année, DJI revoit donc la copie et apporte nombre d’améliorations qui ont de quoi séduire quiconque veut créer du contenu de qualité à moindre coût et à moindre encombrement.

La caméra du DJI Pocket 2 bénéficie d’un nouveau capteur CMOS 1/1,7″ plus grand que sur le précédent modèle avec un nombre de pixels effectifs de 64 megapixels. Vous pourrez ainsi avoir des photos jusqu’à une résolution de 9216 x 6912 pixels. La caméra a une ouverture F/1,8 un peu meilleur avec un champ de vision de 93° équivalent d’un 20mm comparé au 80° équivalent 26mm F/2.0 de l’Osmo Pocket. Les vloggers qui se filment en selfie apprécieront donc et ne devrait plus devoir utiliser un selfie stick ou étirer leur bras au maximum pour entrer dans le champ :p

DJI a d’ailleurs travaillé la prise de son pour tenir compte de ces usages. Ainsi, le nouveau système de prise de son comprend 4 micros placés sur la poignée pour un son surround multicanal. Le système comprend un suivi du son en fonction de l’orientation de la caméra. Et pour mieux contrôler la prise de son, vous pourrez même choisir d’enregistrer selon trois modèles de son (devant, devant et arrière ou multidirectionnel). Bref, sur ce point, le DJI Pocket 2 couvre la majorité des usages des youtubers/vloggeurs.

En vidéo comme en photo, l’ISO va de 100 à 6400 contrairement aux 3200 de l‘Osmo Pocket. Le DJI Pocket 2 devrait donc être meilleur en basse lumière que son prédécesseur. C’était à mon avis l’un des points faibles du modèle originel. Côté vidéo, vous pourrez tourner jusqu’en 4K 60 images/seconde ou jusqu’en 1080p 240 images/seconde pour des ralentis 8X avec un zoom 4X.

L’une des grosses nouveautés de ce modèle est l’arrivée du HDR. Vous pourrez filmer en HDR à la résolution 2,7K soit 2720 x 1530 jusqu’à 30 images/seconde. Personnellement, je ne suis pas persuadé que ce soit super utile mais bon, qui peut le plus peut le moins n’est-ce pas. Le HDR implique du travail également en post-prod surtout si vous voulez diffuser sur Youtube donc ce n’est pas la fonction la plus facile à gérer pour qui n’a pas l’habitude.

La partie gimbal/stabilisateur ne semble pas avoir changé. Elle fait partie intégrante du concept et permet d’avoir une solution tout-en-un pour des vidéos stables. Dans la majorité des cas, cela fait son job mais si vous commencez à bouger de manière un peu trop extrême, le gimbal ne pourra pas suivre. Comme tout gimbal, il y a des limites à ne pas dépasser sauf à vouloir obtenir un effet particulier. Le système de tracking du précédent modèle a été amélioré avec l’ActiveTracking 3.0. Bien pratique pour que la caméra suive un objet ou un sujet. Il suffit de le sélectionner sur l’écran et c’est parti.

L’un des autres défauts de l’Osmo Pocket a été corrigé sur le DJI Pocket 2. En effet, le constructeur n’avait pas placé de pas de vis standard pour pouvoir fixer d’autres accessoires comme un trépied ou un stick. Pour ce nouveau modèle, la base est détachable et on peut le remplacer par un support intégrant un pas de vis 1/4″ pour des trépieds et tout autre accessoire à ce format.

De base, le DJI Pocket 2 est fourni avec des adaptateurs pour smartphone lightning pour les iPhone ou USB-C pour les Android. Vous aurez également l’étui rigide pour le ranger et le protéger ainsi qu’un mini-joystick ou encore une dragonne et un support trépied.

Pour celles et ceux qui opteraient pour le bundle créateur, ce dernier comprend divers accessoires en plus dont un fort intéressant et pratique : un système de microphone sans fil. Grâce à une extension de poignée qui remplace la base détachable du DJI Pocket 2, vous aurez non seulement divers éléments comme un petit haut parleur, le port USB-C déporté mais également un récepteur sans fil pour le microphone. L’émetteur se présente sur la forme d’un petit boitier qu’on peut clipser sur son vêtement et intègre un microphone. Cet ensemble est bien plus pratique pour vlogger surtout à une certaine distance. C’est le même principe que le système de micro sans fil Rode Wireless Go. L’émetteur comprend même une prise micro pour ceux qui préfère utiliser un micro-cravate bien plus discret que l’émetteur. Clipsez celui-ci sur votre ceinture ou sur la poche de votre pantalon et passez le micro-cravate sous vos vêtements et voilà. 

Nombre d’accessoires de l’Osmo Pocket restent compatibles avec le DJI Pocket 2. De ce fait, si vous comptez upgrader, vous pouvez les conserver. Maintenant, est-ce que l’upgrade est vraiment intéressant ? J’avoue qu’à la vue des caractéristiques du DJI Pocket 2, cela ne se justifie pas forcément. Pour les nouveaux arrivants, le DJI Pocket 2 pourrait être une bonne solution tout en un pour débuter dans la création de contenu.

Le DJI Pocket 2 est disponible dès à présent sur le DJI Store à partir de 369€.

Co-fondateur de Playscope, Michel est un des dinosaures de la presse spécialisée informatique et jeux vidéo. Certains diraient même fossile depuis le temps qu'il oeuvre dans cette industrie (1987). Il a survécu à nombre de magazines, d'éditeurs et de sites web. Gamer sans être un hardcore, Michel joue à un peu tout même s'il a une préférence pour l'action.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Sign Up