Forza Horizon 5 – La course olé-olé

PC Tests Xbox One Xbox One X Xbox Series S Xbox Series X

Non, contrairement à la croyance populaire, la “Xbox” - au sens large - n’est pas en mal d’exclusivité ! La preuve, après avoir fait décoller les escadrilles de Flight Sim l’été dernier’, Microsoft n’hésite pas à sortir les belles mécaniques et faire crisser les gommes en guise d’artillerie lourde. Prêts à reprendre la route ?

Comme beaucoup de joueurs, évidemment que nous trépignons d‘impatience à l’idée de découvrir les nouvelles aventures du célèbre Spartan à l’armure verdoyante ! Pourtant, ce mois-ci, entre les sorties des derniers opus de Call Of et Battlefield, Microsoft a dégainé l’un de ses mastodontes en la « personne » du dernier né de la franchise Forza… Horizon. C’est important de le préciser ! Là où un Forza Motorsport offre depuis plus de seize ans une simulation automobile pure jus depuis la Xbox première du nom, ce qui n’était encore qu’un sympathique spin-off sorti sur une Xbox 360 en bout de course, est devenu une franchise incontournable à part entière. Forza Horizon s’enrichi donc d’un cinquième volet dont la recette -Ô surprise – ne change pas radicalement du quatrième opus. Comme son prédécesseur, Forza Horizon 5 invite à explorer un énième vaste monde ouvert qui regorge d’activité pour occuper l’amateur de belles mécaniques des saisons entière.

Brexitons ou plutôt fuyons l’Angleterre ! Traversons l’Atlantique en direction du Mexique où se déroule la cinquième édition du festival Forza Horizon ! Oubliez cette image Épinal du vieux péon moustachu assoupi, le sombrero sur le nez, à l’ombre d’une bicoque plantée au beau milieu du désert poussiéreux. Le terrain de jeu a le mérite d’être assez « varié », à défaut d’être surpeuplé. Ici on fonce pied au plancher sur les routes bordant des littoraux aux plages paradisiaques, sur les sentiers boueux de marécages étouffants et on coupe aussi à travers les champs d’immenses plaines verdoyantes… ou d’autres plus arides et montagneux à la végétation nettement plus clairsemée. Cette reconstitution du « Mexique » à une échelle plus réduite réunit dans sa dizaine de paysages des monuments typiques comme les pyramides de Tulum et de Theotihuacan, et elle invite à traverser aussi des villages de montagne aux rues étroites ou une ville aux système routier souterrain. Difficile de s’ennuyer ! Lorsque l’on ne squatte pas un spot pour piquer des pointes de vitesse ou s’éclater sur des rampes au saut en longueur, ce Forza Horizon 5 offre de mettre la gomme à l’occasion de courses enragées. Ces compétitions peuvent se dérouler sur circuits, hors des sentiers battus, sur des tracés de quelques bornes ou carrément sur des courses s’étalant sur une cinquantaine de kilomètres… voire plus encore.

Le jeu résolument multijoueur propose évidemment d’affronter en live d’autres pilotes du globe, rien n’empêche de s’y adonner en solitaire contre les “drivatars” de nos contacts, des ghosts dont le comportement est calqué sur leur manière de piloter. Si le programme concocté par l’équipe de Playground Games et actualisé au fil des saisons suffit amplement à nous occuper, à nous captiver, la licence Forza Horizon doit son succès au contenu créé par la communauté. En sus des courses officielles notez que l’on peut aussi prendre part à des épreuves et des défis crées par les joueurs et qui proposent par exemple d’éclater les limitations de vitesse sur un segment de route voire de faire le tour du pays. Rien que ça ! L’autre contribution majeur des aficionados de la franchise Forza réside dans les personnalisations des livrées des caisses. Inspirées de célèbres voitures ou totalement originales, ces peintures en mettent plein la vue ! Notez que pour les adaptes de la sobriété, il est possible d’opter pour des carrosseries aux tons plus “officiels” lors de l’achat des caisses. Depuis sa sortie sur le GamePass le jeu propose une quantité ahurissante de cinq-cents bagnoles. Un très vaste catalogue de caisses, venues de tous les horizons (huhuhu), qui va de la citadine poussive, au bolide luxueux de chez Ferrari, de chez Porsche ou Bugatti en passant par la bagnole de rallye des années 90’s … au Warthog de Halo ou la Charger de Sheriff Fais-Moi Peur. Si l’on doit mettre la main au portefeuille pour faire l’acquisition de nouveaux joujoux, il arrive que l’on en obtienne davantage dans des granges abandonnées (délabrées ou offertes par d’autres joueurs), à l’issue de courses ou de tirages de roulettes. Plus fort que la folie Pokémon ! Attrapez-les toutes ! Plaisir d’offrir, joie de recevoir, pensez à céder gracieusement vos doublons aux autres joueurs ou à les mettre en vente aux enchères. Petit geste sympathique de la part de Microsoft. Les vétérans des volets précédents de Forza (Motorsport ou Horizon) peuvent obtenir dès le début du mode carrière des voitures bonus comme la MCLAREN Senna, la Ford GT ou la Porsche GT2 RS. De splendides bolides qui sont loin d’être des veaux ! Comme quoi la fidélité ça paie… n’est-ce pas Activision (Blizzard) ?

Se voulant plus fun, plus foufou que Forza Motorsport ou un Gran Turismo, Forza Horizon 5 est pourtant loin d’être un simple jeu de course arcade. Bien qu’il reste accessible au commun des joueurs de par sa son pilotage accessible, les amateurs de belles mécaniques devraient apprécier le fait de pouvoir mitonner les réglages des caisses aux petits oignons. S’il propose ainsi de modifier la pression des pneus, de bidouiller les suspensions, ce Forza Horizon 5 permet aussi de mettre davantage les mains dans le cambouis afin d’améliorer la “sportivité” des caisses. Ainsi grâce à l’achat de certaines pièces une bagnole améliorée automatiquement au niveau S2 peu pourtant atteindre le niveau maximal X (999) en optimisant davantage les réglages moteurs. Inutile d’être un mécano, un pro de la tête de delco ou du cardan pour pousser les voitures dans leurs derniers retranchements ! Le jeu offre aux plus flemmards (contre une addition assez salée tout de même) d’acheter des pré-réglages clé en main. Ils permettent ainsi à une Porsche 911 GT2 RS de 2018 de tutoyer les performances des bolides les plus puissants du jeu. Pratique ! Mais gare, au-delà des 400 Km/h ce que l’on gagne en performances on le perd en maniabilité !

Comme l’avait promis Microsoft, la sortie de Forza Horizon 5 ne se limite pas aux dernières Series de Xbox. Le jeu a pu ainsi être testé par l’intermédiaire du GamePass sur Xbox Series X, Xbox One X et même sur la bonne vieille Xbox One S des familles. Par manque de temps nous n’avons pas poussé le vice jusqu’à l’essayer sur PC, puisqu’il est aussi disponible sur le GamePass des machines qui carburent au Windows.  Le constructeur/éditeur de Redmond annonçait une claque, Forza Horizon 5 est bel et bien en l’état une méchante baffe. Visuellement, sur Series X comme sur One X le jeu est magnifique. Ces bécanes offrent des environnements variés, détaillés et incroyablement réalistes qui s’étendent à perte de vue ainsi que des modélisations de caisses d’une très grande finesse.  Evidemment sur la dernière fournée de machine, le titre paraît plus “jouable”. Comprenez qu’en plus d’offrir des temps de chargement largement écourtés (merci le SSD), l’animation en 60 images par seconde permet de ressentir davantage les sensations de pilotage. Rassurez-vos c’est juste une question d’habitude ! Jouer sur One X n’empêche pas de s’éclater, de crapahuter à travers la map d’une région du Mexique à une autre pied au plancher sans avoir à subir de temps de chargements ou de temps morts. Tant mieux ! Au pire on ressent parfois quelques ralentissements dans l’animation… mais rien de vraiment rédhibitoire. Comme précisé auparavant, le disque dur mécanique est sans doute LE Talon d’Achille des précédentes machines de salon de Microsoft. En effet, lancer une épreuve nécessite beaucoup plus de temps… et de patience. La Xbox One S de son côté affiche aussi des environnements plus ternes et effets graphiques moins détaillés (notamment des reflets sur le capot, et éléments de végétation pixelisés)… et elle est flanquée en sus d’une cadence d’image nettement plus basse et encore moins fluide que sur One X. Il faut croire que c’est cette dernière (la One X donc) qui représente le ticket d’entrée à l’univers de Forza Horizon 5. La meilleure option, du côté des consoles de salon, reste évidemment la Series X qui permet d’opter entre fidélité de rendu ou fluidité sans faille. Le Mexique de ce Forza Horizon est un splendide monde-ouvert, constitué de près de six-cents routes et artères à explorer. Il ne risque pas de livrer ses secrets dès les toutes premières heures de jeu. Attention ! Monde ouvert n’est pas monde “persistant”, du coup ne vous attendez-pas à voir les dégâts causés à la flore ou aux infrastructures routières, ou les traces de pneus perdurer dans le temps. En parlant de temps, en ce qui concerne le climat, le jeu offre des conditions climatiques assez réalistes (level de soleil, pluie…), le dernier né de chez Microsoft Studios affiche une quantité ahurissante de particules ainsi que de splendides effets de ray-tracing en temps réel sur les surfaces chromées, comme sur les flaques d’eau. Ravissement pour les yeux, le jeu n’oublie pas de régaler nos oreilles. Les effets sonores des moteurs, les crissements de pneus, ou les bruitages sur les différentes surfaces ont vraiment été soignés et plus que jamais on se retrouve brillamment immergé dans l’enfer des courses de “rue”. Surtout quand les quelques radios du jeu crachent de bonne grosses vibes bien grisantes qui donnent envie d’écraser le champignon ! Classique, Rock, Drum&Bass, il y en a pour tous les goûts et tous les coureurs !

Forza Horizon 5 profite du savoir-faire hérité de ses prédécesseurs pour offrir une expérience solo comme multijoueur prenante, riche en sensations fortes et en contenu. Un jeu ambitieux et splendide destiné au Xbox Series, voire à la Xbox One X… mais loin d’être aussi beau et inoubliable sur les Xbox One les plus faiblardes. Possesseurs de Xbox Series et du GamePass, foncez !

Good

  • Un rendu graphique détaillé, chatoyant et speed sur Xbox Series X
  • La prise en main arcade, pour un plaisir immédiat
  • Plus de 400 bagnoles à acheter, collectionner, améliorer, personnaliser
  • De la course, de la personnalisation ou juste rouler pied au plancher. Jouez comme vous voulez

Bad

  • Des packs de voitures téléchargeables (payants) disponibles dès la sortie
  • Une expérience moins agréable sur les Xbox One et Xbox One S
8.5

Super

Ex journaliste, feu globe-trotter à plein temps, papa, technophile, gamer et retrogamer depuis toujours. Adorateur du HDMI, Grand Manitou du VGA et chevalier de l'Ordre de la Péritel. Aime la 32X, voulait croire en la Jaguar et la WiiU. A commencé dans la presse mag jeux vidéo en 2005.

Lost Password

Sign Up