Hotshot Racing – La nuit est chaude

PC PS4 PS4 Pro Switch Tests Xbox One Xbox One X

Nous voilà déjà arrivés à mi-septembre ! La fin d’année se rapproche avec de nombreuses sorties de AAA et bien évidemment de nouvelles plateformes de jeu chez Sony et Microsoft. Impossible de le nier, notre excitation est à son comble ! Un petit jeu de course résolument arcade suffira à nous faire patienter ? Alors juste encore un peu...

En attendant de faire passer prochainement sur le grill la compilation Super Mario sur Switch, j’enfile ma combinaison de pilote à l’occasion de l’arrivée du nouveau bébé de chez Sumo Digital. Mais si ! Vous connaissez forcément ce studio britannique, il s’est illustré par le passé sur différents jeux de courses comme les “Sonic Racing”, les Race Driver et même encore quelques épisodes de la franchises Outrun ! Voilà ça vous revient ? L’ADN de la course coule dans les veines de ce studio dont l’ancêtre – Gremlin Studio – avait livré des titres d’anthologie sur Amiga et Atari St comme les Lotus Turbo Esprit Challenge et SuperCars. Des titres que j’avais pas mal poncé sur mon micro dans mes vertes années ! Admettez qu’avec un tel passif on ne peut avoir qu’une seule envie : celle d’enfin lancer Hotshot Racing !

Depuis une quinzaine d’années Sumo Digital avait pas mal oeuvré sur des jeux dérivés de franchises de SEGA. Surprise : Le titre qui passe aujourd’hui à la casserole n’a – à priori- aucun lien proche ou lointain avec les licences de la firme de Haneda. Hotshot Racing est une création originale qui invite à suivre les courses endiablées d’une petite bande de fous du volant venu des quatre coins du monde (Chine, USA, Japon, Jamaïque, Russie et UK). Des pilotes déjantés qui disposent de quatre bagnoles qui diffèrent par leur accélération, vitesse de pointe ou aptitude à effectuer des dérapages. À mille lieues de la simulation, la dernière production de chez Sumo Digitale lorgne plutôt du côté de l’arcade délicieusement débridée. Un peu comme un Sonic – All Star – Racing mais sans les bonus ou PowerUp. Oubliées les carapaces, champignons magiques et peaux de bananes ! Ainsi le joueur ne peut compter que sur ses talents d’As du volant, sur sa maîtrise de l’aspiration ou de l’utilisation de la nitro pour se hisser jusqu’à la plus haute marche du podium. Prêts à foncer pied au plancher ?

Préparez-vous à voir du pays ! Le titre dispose de quatre mondes (jungle, marina, désert, montagne) et d’autant de tracés par zones praticables à l’endroit comme à l’envers. Une façon sans doute de prolonger l’expérience qui peut ainsi se savourer en solo comme en multijoueur sur quelques trente-deux circuits. Pour ce test nous avons dévoré d’un seul trait le mode arcade. Classique, il offre de se frotter à un pack de sept adversaires à l’occasion de seize courses. Aspect sympa on peut switcher de pilote et de véhicule entre chaque compétition. Un peu à l’ancienne. D’ailleurs le jeu se veut résolument oldschool. Aussi bien dans son gameplay axé sur le fun et la vitesse, il n’impose pas de composer avec une gestion de la physique déroutante… malgré quelques pertes de contrôle assez détestables. Certes il arrive que l’on peste parfois en finissant dans le décor après avoir été heurté par un concurrent. Mais rattraper son retard face à l’IA n’a rien d’insurmontable. Et même en caracolant en tête de la course l’intelligence artificielle ne concède la victoire qu’en nous laissant une très légère avance : gare aux sueurs froides. En sus des courses conventionnelles (modes Grand Prix et Contre la Montre), le jeu propose d’autres modes assez amusants, un premier où l’on joue aux gendarmes et aux voleurs (les capturés deviennent gendarmes) et un second mode où l’on doit passer un maximum de checkpoint tout en restant dans le peloton de tête. Subtilité de ces modes de jeux les voitures se retrouvent affublées d’une jauge de vie et il est assez frustrant de voir notre bagnole terminer à la casse très très rapidement ! Roulez ou crevez !

Si le terme old school fait parcourir un doux frisson de plaisir sur la surface de votre épiderme et bien sachez que Hotshot Racing est une ôde aux bons vieux jeux de course ! Il s’agit plus encore d’une déclaration d’amour à des hits d’antan de l’arcade comme Virtua Racing, Daytona USA, Ridge Racer, Rad Rally, OutRun ou même encore Scud Race (et bien d’autres). Même si on le répète il n’y a officiellement aucun lien avec les productions de chez SEGA, il faut croire que le géant de l’arcade a laissé son empreinte dans le domaine des courses automobiles. Le titre offre d’autres références et on croit parfois reconnaître une caisse de stock car de Destruction Derby ou d’autres semblant sorties tout droit d’un Ridge Racer… voire d’un James Bond. Nostalgie des 90’s oblige, en s’aventurant sur les routes boueuses d’une jungle on roule à toute berzingue à travers un complexe digne de Jurassic Park. Ceux qui aiment se la jouer vieux jeux devraient voir d’autres références ! Ouvrez l’oeil !

Techniquement, la dernière production de chez Sumo Digital joue la carte de la 3D… polygonée. Faisant fi de la surpuissance de la XboxOne X employée pour le test, le titre n’hésite pas à exhiber ses plus belles surfaces pleines et à simplifier la géométrie des bagnoles et décors à l’extrême ainsi que sa palette de couleurs afin d’offrir un jeu dont le rendu se rapproche d’un Virtua Racing. Dans sa version arcade évidemment ! Visuellement surannée, Hotshot Racing et son rendu flashy/fluo a le mérite d’avoir une animation fluide (puisque le titre mouline à 60 images par secondes) et d’être particulièrement fun à jouer. Il propose quelques angles de caméra bienvenus (vue extérieur, capot, parechoc…) qui offrent davantage de sensations fortes que la vue cockpit… hélas !  Même si les véhicules disposent de rétroviseurs, ils restent désespérément opaques et ne reflètent pas les bagnoles qui se positionnent dans notre sillage. Dommage ! Comme dit à peine quelques lignes plus haut, le jeu est extrêmement fun il repose sur une maniabilité simpliste qui fait la part belle aux dérapages survitaminés. Un peu comme un bon opus de Ridge racer en son temps. Enfin si le titre propose des textes et menus en français, notez que les pilotes jactent en anglais. Rien de bien rédhibitoire/problématique pour un jeu de course à la bande-son synthwave aux sonorités chiptunesques qui lorgne résolument du côté de l’arcade ! Enfin achevons le tour du proprio en précisant que le titre dispose de temps de chargements assez rapides, qu’il ne s’accapare qu’un peu plus de 4GO sur votre disque dur (ou carte SD) ce qui en fait un petit titre inévitable pour les possesseurs de connexions internet les moins véloces !

Disponible gratuitement sur le GamePass de la Xbox ou vendu à un tarif assez honnête, vous n’avez aucune excuse pour ne pas jouer à ce concentré de fun bien sympathique qui devrait s’étoffer par le biais de contenu gratuits dans les mois à venir !

Good

  • C’est super fun
  • Ça se la joue vieux jeu mais c’est pas vilain
  • Rapide à prendre en main
  • Un rapport qualité/prix honnête

Bad

  • Pas beaucoup de variété au niveau des univers
  • Un petit anneau de vitesse n’aurait pas été de trop
7.8

Bon

Ex journaliste, feu globe-trotter à plein temps, papa, technophile, gamer et retrogamer depuis toujours. Adorateur du HDMI, Grand Manitou du VGA et chevalier de l'Ordre de la Péritel. Aime la 32X, voulait croire en la Jaguar et la WiiU. A commencé dans la presse mag jeux vidéo en 2005.

Lost Password

Sign Up